Partagez | 
 

 Kaveh Harunohi

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaveh Harunohi
BUTEUR
BUTEUR
avatar

Messages : 86
Players depuis : 01/07/2018

Feuille RPG
Note Globale:
100/100  (100/100)
Popularité:
200/200  (200/200)
Note Presse:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Kaveh Harunohi   Dim 1 Juil - 1:27


 


       Kaveh Harunohi
       NATIONALITÉ(S) - POSTE(S) : Suisse - Japonais | Buteur - Pippo Inzaghi
     
     
 
 

       FOOTBALLEUR
     
 

       ~ EN BREF.
   Bonjour à vous. Je m'appelle Kaveh Harunohi et je suis âgé de 16 ans. On m'a donné le 1er Mai 2006 comme date d'anniversaire et de naissance, et je suis né dans un lieu inconnu. Mais aujourd'hui je décide de réaliser mon rêve et de devenir FOOTBALLEUR. Je rêve d'évoluer dans le club de Sao Paulo, ou de Nagoya Grampus.

       ~ BIOGRAPHIE.
   Je ne connais pas mes parents ni où je suis né ni quand exactement. On m'a trouvé dans un champ pas loin d'un petit village suisse du nom de La Roche. Je n'étais qu'un nourrisson et je n'avais aucun papier pour m'identifier. Alors ceux qui m'ont trouvé et m'ont amené au petit orphelinat de la ville m'ont donné une date d'anniversaire : le 1er Mai 2006, le jour où j'avais été retrouvé. Pendant plusieurs semaines, des recherches pour tenter de trouver mes parents se sont faîtes mais rien ne vint et La Roche étant un petit village sans importance, l'affaire s'est vite tassé et ils avaient un nouveau bébé sous les bras à l'orphelinat. Ils ne m'ont pas vraiment donné de nom. Ils m’appelaient juste "gamin". Surtout Mark, un jeune homme qui travaillait à l'orphelinat et qui s'occupait beaucoup de moi. Je l'aimais bien Mark, il avait toujours un ou deux chocolats pour moi et il nous, à moi et aux autres enfants, racontait toujours des histoires épiques de courageux héros à la bravoure sans égal qui affrontaient les épreuves avec abnégation. C'est un peu à cause de lui que je m'appelle Kaveh aujourd'hui. Mon prénom, je l'ai choisi. Ils m'ont laissé choisir quand j'ai eu cinq ans et j'ai choisi celui-là. C'était le nom d'un chevalier dans les histoires de Mark. Lui non plus n'avait plus de parents et avait décidé de défendre son village après une attaque. Les gens du village l'avaient élevé après l'avoir trouvé un jour en forêt. Maintenant que j'y pense, je crois que Mark l'avait inventé juste pour moi, pour me faire sentir moins seul.

Quand j'ai eu sept ans, une dame a rendu visite à l'orphelinat. Je n'ai jamais été vraiment un enfant très sage. Je n'avais pas mauvais fond, du moins je ne crois pas, mais j'étais toujours des plans foireux. Certains garçons m'avaient dit que je n'étais pas cap de lui tirer dessus avec le ballon en mousse avec lequel on jouait au foot. Ils ne savaient pas à qui ils parlaient. Je n'avais pas tiré très fort mais je l'ai presque eu sur la tête. Toujours est-il qu'à ce moment-là, elle s'est tourné vers moi et j'ai pris un air nonchalant. Et le soir même, Mark m'a dit qu'elle voulait m'adopter et qu'elle reviendrait bientôt pour venir me rencontrer personnellement. Ca faisait bizarre de s'entendre dire ça. Depuis tout petit, on me répétait que personne ne voudrait jamais de moi car j'étais trop laid, certains m'appelaient "le rat" parfois, car j'étais trop maigre, l'air toujours mal nourri alors que je mangeais toujours à ma faim, car j'avais toujours l'air un peu malade. Je n'ai pas vraiment réagi à cette annonce, de fait.

De plus près, elle était beaucoup plus vieille que ce que je croyais. Mais elle était plutôt gentille. Elle est venu plusieurs fois, avec d'autres personnes que je ne connaissais pas, avec des gens de l'orphelinat. Et puis un jour Mark m'a aidé à ranger mes affaires dans une petite valise et je suis parti avec la dame. Elle était japonaise et je ne la connaissais que sous le nom de Madame Harunohi. On est resté quelques jours à La Roche puis à Genève avant de partir pour le Japon. Elle me dit qu'elle s’appelait Aiko et que je pouvais l'appeler ainsi désormais. Elle habitait à Nagoya. Je ne savais pas ce que c'était et je savais seulement placer le Japon sur une carte à cause d'Olive et Tom. Mark avait ramené tous les dvds à l'orphelinat. On les regardait toujours tous ensemble le soir après le repas. Ca m'avait plu et je voulais toujours jouer au foot après ça. J'avais un peu peur par contre, parce que je ne savais pas parler japonais. Et l'école on ne pouvait pas toujours y aller donc je savais à peine lire et écrire. Mais elle a été patiente. Elle m'a appris, petit à petit, elle me faisait faire des jeux pour m'aider. Au moins j'ai su lire et écrire. Pour le japonais, j'arrivais à me faire comprendre et c'était le principal. Elle m'a aussi offert mon premier maillot de foot et mon premier ballon en cuir. Pour mon anniversaire, elle m'a emmené voir l'équipe de la ville les Nagoya Grampus. C'était euphorisant, mon premier match de grand; j'ai tout de suite aimé l'équipe. Pendant plusieurs mois j'étais plutôt heureux. Mais petit à petit, je devenais maussade. Passer de La Roche à 2000 habitants à Nagoya, le choc arrivait enfin et j'étais trop jeune à l'époque, tout était allé trop vite. Quant à l'école, je n'étais pas très bon et me faisait souvent punir aussi pour mon comportement. Alors quand j'ai eu neuf ans, on est retourné en Suisse, pas loin de La Roche.

Quelques mois plus tard, Aiko est allé au Japon voir un docteur. Elle m'a dit de ne pas m'inquiéter. Elle m'avait laissé à l'orphelinat pour que je ne sois pas trop perdu. Un matin, une dame m'a dit qu'Aiko ne pouvait pas revenir et qu'elle ne pouvait plus s'occuper de moi. Elle était malade. Ça ne voulait pas dire grand chose pour moi. Malade ça pouvait dire qu'elle avait un rhume ou qu'elle allait mourir. Je ne faisais pas vraiment dans le juste milieu et on ne me donna pas plus de précisions, situation propice pour me laisser plus confus que jamais. Et après des heures de pleurs, je fus convaincu qu'il ne s'agissait que d'une excuse. J'étais sûre qu'elle ne voulait plus de moi. Les autres avaient eu raison, j'étais toujours maigre, jamais celui à qui on disait qu'il avait un visage d'ange. J'avais quand même gardé son nom, c'était le seul que j'avais eu, après tout. Mais qu'à cela ne tienne. Des parents qui m'avaient abandonné, une femme qui m'avait fait croire au bonheur qui s'en allait : je n'allais plus me laisser faire. Par peur de prendre un nouveau coup, j'étais maintenant celui qui frappait en premier, je ne faisais confiance à personne, pas même à Mark qui était lui aussi partit du jour au lendemain en disant à peine au revoir. Je me renforçais en donnant un coup de main à quelques fermiers, ils m'apprenaient à conduire leurs tracteurs, c'était cool. Mais jamais je n'attendais quoi que ce soit de leur part. A partir de mes neuf ans, je me suis fait. Tout seul. Je n'avais besoin de personne. Et il fallait être fort pour supporter certains adultes de l'orphelinat. J'en ai pris des belles un nombre incalculable de fois. La seule chose qui me rendait heureux, c'était de jouer au foot et de faire plaisir aux petits de l'orphelinat. J'avais développé un instinct protecteur envers les plus petits. Je pouvais même devenir mauvais quand il s'agissait de les défendre ou prendre pour eux, certains de leur éviter une gifle. Alors pouvoir leur donner le sourire en marquant des buts, ça me donnait l'impression d'être un peu important. Marquer des buts. On ne retient que les attaquants de nos jours et j'ai la ferme intention qu'on ne m'oublie pas. Les gens n'ont pas voulu de moi, et bien je m'imposerais à eux par le terrain.


       ~ QUALITES/DEFAUTS.
   Fait difficilement confiance
   Déterminé
   Rancunier
   Protecteur
   Individualiste
   Opiniâtre
   Revanchard
   Travailleur
   

       ~ COMPETENCES.
   

   

   
POINT FORT : Frappe de Balle (+1 tir)
POINT FAIBLE : Individualiste (-1 assist)

 
 
     
     
     
 
Céc' ★ 22 ans ★ Avis sur le forum
       Où l'avez vous trouvé ? ★ Autres
 
     

     



DC Cirò Diamante


Dernière édition par Kaveh Harunohi le Lun 2 Juil - 1:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaveh Harunohi
BUTEUR
BUTEUR
avatar

Messages : 86
Players depuis : 01/07/2018

Feuille RPG
Note Globale:
100/100  (100/100)
Popularité:
200/200  (200/200)
Note Presse:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   Lun 2 Juil - 1:05

C'est fini =D



DC Cirò Diamante
Revenir en haut Aller en bas
Rayan W. Kokalinas
BUTEUR
BUTEUR
avatar

Messages : 2324
Players depuis : 13/03/2016

Feuille RPG
Note Globale:
1/100  (1/100)
Popularité:
21/200  (21/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   Lun 2 Juil - 19:38



Bienvenue Invité
"Salut Moïse !

Je suis tout à toi maintenant, mon secrétaire s'est bien occupé de toi ? Tu as pris le temps de parcourir un peu le forum ? Ne t'en fais pas, si tu n'as pas eu le temps tu pourras le faire plus tard.

Bon revenons à nos moutons, je me présente Harry MCPEARCE agent de profession et je suis là pour te guider à travers les étapes de ta licence pour que le début de ton aventure se fasse dans les meilleurs conditions. Tu as des questions ? Si tu en as, n'hésite pas, je suis là pour ça.

Passons maintenant à ta licence, j'ai commencé à la lire, elle est intéressante.

• Tes informations : ils ont pas chômé pour trouver la date d'anniversaire

• Ton caractère : j'espère qu'à moi tu me fais confiance !

• Ta biographie : on va te trouver un bon club avec un tracteur à conduire

• Tes caractéristiques : comme pour ton lieu de naissance, on va les laisser vides.

Bien, ta fiche me semble bonne, les paramètres sont tous corrects, nous pouvons donc continuer. Un peu stressé, non ? Pressé aussi ? Ne t'en fais pas les choses vont bien se passer, et vite arriver.

Je vais à nouveau te faire patienter un peu le temps d'aller contacter des clubs, et je reviendrai vers toi d'ici quelques temps avec les clubs qui sont intéressés par ton profil. Sois patient en attendant, tu veux encore un chocolat chaud ?


©️️ Pando


~ Caolan Shilliday here ~
Revenir en haut Aller en bas
Rayan W. Kokalinas
BUTEUR
BUTEUR
avatar

Messages : 2324
Players depuis : 13/03/2016

Feuille RPG
Note Globale:
1/100  (1/100)
Popularité:
21/200  (21/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   Lun 2 Juil - 20:13



Bienvenue Invité
" Passons aux choses sérieuses, j'ai eu des retours de plusieurs clubs à ton sujet, ton profil plait c'est indéniable.

Après avoir vanté ton profil un peu partout dans le monde du football, j'ai eu des retours très positifs à ton sujet. Ainsi, plusieurs clubs ont trouvé un véritable potentiel à exploiter en toi ! Incroyable, tu imagines ce que ça signifie ? Le début d'une longue carrière !! tu as hâte de découvrir les noms prestigieux qui m'ont demandé de te faire part de leurs propositions, n'est-ce pas ? J'en viens, j'en viens, minute papillon !

Avant toute chose, j'aimerais te rappeler un point particulier dans le métier : Sache que tu peux toujours recevoir d'autres offres que celles que je vais te transmettre, qui viendront dès lors des coachs Players que je n'ai pas eu l'occasion de croiser car ils sont tellement occupés à préparer leurs effectifs, il faut les comprendre. Alors ne fais pas ton choix trop vite. Prends vraiment le temps de la décision pour ne pas le regretter et suivre ce que ta tête et ton coeur t'indique.

Je tiens également à signaler que ces offres sont non négociables, elles sont proposées telles qu'elles et doivent être acceptées ou refusées, l'idéal c'est d'en accepter une, comme ça ton aventure débute enfin. Depuis le temps que tu attendais de pouvoir réaliser ton rêve, il est là, juste à portée de main ! Si jamais tu décides de toutes les refuser, bah, on va éviter cette éventualité hein ? Le chômage pour l'avoir connu durant ma jeunesse, je te le déconseille !

Pour accepter une offre tu as deux possibilités :

- La première c'est juste de répondre à celle qui te plait de manière claire. Je m'occuperai ensuite de tout valider pour que ton aventure commence.

- La seconde, tu peux faire un RP (voir ICI si besoin de précisions) pour répondre à ces offres. Mais tu devras me signaler quand tu auras fini et m'indiquer clairement ton choix pour que je fasse les dernières formalités administratives pour que ta signature soit officielle.

Tu n'es qu'à quelques pas du début de la gloire et de la célébrité, qui sont là au bout d'un stylo et d'un contrat que tu es sur le point de parapher !"


©️️ Pando



Les offres  
Fais le bon choix

 
Chelsea FC U19
Kadson Sakurazki, vous connaissez ? Lui aussi il est taureau et lui non plus on n'est sûr de rien avec ses origines. Et matez moi cette carrière, ce passage à Aberdeen. Un parcours de rêve.
Arsenal FC U19
Yohan Djourou a vu le Philipppe Senderos qui sommeille en vous ! Il va plus loin et ose affirmer que vous marquerez dans le but adverse. Il a lu ca dans les lignes de ta main.
Vllarreal CF U19
On cherche un nouvel attaquant depuis qu'on a résilié avec un sombre crétin qui n'avait aucune éthique morale. Vous en avez ? Vous êtes capable de tirer dans un ballon ? On vous signe.


~ Caolan Shilliday here ~
Revenir en haut Aller en bas
Kaveh Harunohi
BUTEUR
BUTEUR
avatar

Messages : 86
Players depuis : 01/07/2018

Feuille RPG
Note Globale:
100/100  (100/100)
Popularité:
200/200  (200/200)
Note Presse:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   Mar 3 Juil - 13:16

Kaveh HarunohiPrendre son envol"Allez Kaveh ! Vas-y Kaveh !"

Je viens de récupérer le ballon par un tacle au milieu de terrain, mes coéquipiers n'ont pas l'air décidé à jouer ou à me proposer de bons ballons alors je dois tout faire moi-même. Je n'ai plus qu'à remonter le terrain de l'équipe de clampins qui nous fait office d'adversaire. Des paysans de l'autre côté de la colline qui ne savent même pas jouer. Sur le côté, quelques mioches de l'orphelinat. Mes mioches. Certains n'ont plus de parents, d'autres ont été placés là parce que leurs parents ne pouvaient plus s'occuper d'eux, ou du moins, parce qu'on les a jugé inaptes. Ils n'ont même pas dix ans qu'ils perdent déjà leurs parents et vivent de ce merdier qu'est l'orphelinat. Quand j'étais plus jeune qu'eux, les choses ne se passaient pas comme ça. Ou alors étais-je trop jeune pour le remarquer ? Mais depuis que j'y étais retourné après mon... "Expérience" au Japon, l'ambiance avait changé. Il y avait des adultes que je ne connaissais pas qui n'hésitait pas à user de la force contre nous. Pour nous mater, qu'ils disaient. J'avais finis par tenir un calendrier secret jusqu'au jour de mes dix-huit ans. A ma majorité je me barre et ils ne me reverront plus. Peut-être que j'en ferais cramer un ou deux au passage. Le seul truc qui me fait tenir ce sont ces gosses. Eux ils ne trichent pas. Ils sont sincères et ne te feront jamais de coup en douce comme on m'en a fait beaucoup. Mes parents, Aiko, Mark. Tous partis, ils m'ont tous laissés. Les petits ne m'avaient jamais laissé tomber, au contraire, ils m'avaient toujours soutenu. Le quotidien était morose et le football était parfois tout ce que nous avions. J'étais devenu leur héros, leur grand frère. Ils me disaient toujours à quel point ils aimaient me voir marquer et à quel point mes adversaires n'avaient aucune chance. Ils avaient bien raison. Et de les voir oublier un peu les emmerdes de l'orphelinat, ça me donner un sentiment de responsabilité et de joie. Ils s'en moquaient pas mal que j'ai un sale caractère ou que je ne me gène pas pour donner le premier coup. Ils ne me disaient pas que j'étais un bon à rien, un garçon qui ne ferait rien de sa vie, trop bête, trop laid, trop merdeux. Prendre des coups pour eux, je m'en foutais pas mal, c'était bien le dernier de mes soucis. Ils n'avaient pas à recevoir une gifle ou pire pour une vitre cassée our pour avoir fait une bêtise d'enfant.

Le match se termina avec une large victoire où j'avais inscrit cinq buts. Je me changeais sans un mot dans les vestiaires et sortit le premier pour aller retrouver les mioches. C'était un des fermiers qui les avait gardé à l'oeil pendant que j'étais sur le terrain. Pas un mauvais bougre, mais c'était un adulte. Et il savait bien comment les choses se passaient à l'orphelinat. Mais comme beaucoup d'autres il avait mit des œillères. Tous coupables. Il nous raccompagna à l'orphelinat tandis que j'avançais avec mon ballon aux pieds. C'était le ballon qu'Aiko m'avait offert. Il n'avait presque plus aucune couleur et j'avais du le regonfler plusieurs fois mais il était toujours là. Rien à voir avec du sentiment dans le fait que je l'ai gardé aussi longtemps. Un ballon en cuir ça coute cher quand on a pas de sous. Et c'était mon ballon. Alors que le fermier nous laissa au bout de l'avenue - nous n'avions plus que 300m à marcher, un homme vint à notre rencontre. Vieux, les cheveux gris et mal rasé, l'air louche.

"Hey gamin. J'ai vu ton match. Impressionnant."

"Ce n'était qu'une équipe de paysans en face, pas la peine de vous enflammer."

Il eu un rictus et je commençai à perdre patience.

"Qu'est-ce que vous m'voulez, vieux schnock ?"
"Un teigneux, j'aime ça !" J'aimais pas son air moi. Il reprit son sérieux puis continua "Je suis Harry McPearce."
"Et ? Ca devrait m’émouvoir ?"
"Je vois que tu n'as pas entendu parler de moi... Nathan Cabe ? Alexandre Meier ? Rudy De Socca ? Kadson Sakurazaki ? Tu connais ? C'est moi qui les ait découvert."

Voyant toujours mon manque de réaction, il s'agaça un petit peu.

"Bon sang, gamin ! J'ai lancé leur carrière ! Les nouvelles stars du ballon rond, c'est tout moi !"
"Ah. Bravo, j'imagine ? Mais quel rapport avec moi ?"
"Kaveh, il est bizarre le monsieur, il fait peur." Et pour appuyer ses propos, un des petits donna un coup de pied dans le tibia du mec qui jura. J'avais du mal à cacher mon sourire.
"Je sais mais c'est pas la peine de moufter."

Ils se turent, comprenant que je m'en chargeais et se calmèrent un peu. Le vieux épousseta son costume et soupira, avant de reprendre :

"Bon écoute, je suis pas venu-là pour me faire attaquer par des morveux. Pour te la faire courte, je suis agent de joueurs et je déniche toujours des jeunes pépites pour les centres de formation de grand club : la Roma, le Barça, Chelsea, Monaco, le Bayern. Je leur ai tous refilé des diamants bruts. Et tu m'as tapé dans l'oeil. Alors, ça te dit de tutoyer les stars ?"

Je n'avais jamais vraiment pensé devenir pro. Evidemment, avec mon talent, je savais que j'aurais pu tenter quelque chose mais vu ma situation je m'étais un peu fait une raison. Mais s'il y avait moyen de se casser de l'orphelinat plus tôt que prévu...

"Ramenez moi du concret et on en reparle, vieux schnock."


Nouveau sourire en coin du vieux avant qu'il ne s'éclipse et nous laisse tranquille. Je n'avais pas confiance en ce type, il respirait le louche et c'était sans doute sans espoirs, ça ne m'avait rien coûté de lui répondre. Je n'avais guère d'illusions.

"Dis, Kaveh... Tu vas partir ?"
demanda l'un des mioches, inquiet
"Bien sûr que non. Ce mec a rien de sérieux. Vous en faîtes pas."

©️ YOU_COMPLETE_MESS



DC Cirò Diamante
Revenir en haut Aller en bas
Kaveh Harunohi
BUTEUR
BUTEUR
avatar

Messages : 86
Players depuis : 01/07/2018

Feuille RPG
Note Globale:
100/100  (100/100)
Popularité:
200/200  (200/200)
Note Presse:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   Mer 4 Juil - 9:29

Kaveh HarunohiPrendre son envolJe suis dans la cour de l'orphelinat à m'entraîner à jongler. C'est un après-midi plutôt calme, il fait froid alors tous les autres sont à l'intérieur. Moi je n'ai pas grand chose d'autre pour m'occuper. La lecture ne me passionne pas et de toute façon, j'ai déjà lu tous les livres qui sont à notre disposition et ils ne sont plus de mon âge depuis longtemps. Pour le reste, je ne me sens pas l'âme d'un artiste, sauf balle au pied, et j'ai besoin de m'entraîner. Il n'y a que comme ça que j'arriverais à devenir encore plus fort et démonter tout le monde. Et prouver à tous qu'on ne me laisse pas de côté. Une porte claqua derrière moi et des pas rapides se rapprochaient. Les autres savaient pourtant bien que je détestais être dérangé pendant mes entraînements solitaires. Je posais le ballon  à terre avec un soupir d'exaspération, prêt à lever les yeux au ciel et pourrir qui se trouvait derrière moi quand je vis l'un des gosses, essoufflés et à affolés.

"C'est Lucas ! On a pas fait exprès, j'te jure ! On faisait un cache cache et il s'est cogné contre le meuble à côté des escaliers et le vase est tombé et s'est cassé en mille morceaux !"

Pour n'importe qui, son affolement aurait pu paraître pour de l'exagération mais pas pour moi. Pas pour aucun d'entre nous ici.

"Retournez avec les autres et bouclez-là. Dîtes rien à personne. Je m'en charge."

Il avait ce regard rempli de gratitude et de culpabilité à la fois. Il savait tout aussi bien que moi que les choses n'allaient pas se terminer avec un simple petit rappel à l'ordre et un sourire bienveillant. J'accourus sur la scène et tenta de pousser les bouts de verre de la pointe du pied, ballon en main. Le directeur arriva quelques secondes plus tard.

"Qu'est-ce que... Ah tiens, si ce n'est autre que Kaveh notre miraculé des champs."
"Un problème, m'sieur ?"
"Oui. Le vase."
"Le vase ?" Fis-je, feintant de ne pas comprendre. "Oh ! Vous voulez dire cette horreur par terre ? Soyez pas triste, je vous fait un cadeau en le brisant."
"Et tu es insolent en plus... Je crois que tu ne comprendras jamais, ou peut-être par une seule voie."

Le coup partit tout seul et résonna dans la pièce. C'était loin d'être la première que je prenais mais ça brûlait toujours autant. Il pouvait toujours courir pour que je lui donne la moindre réaction, la moindre émotion, le moindre signe de faiblesse.

"Vous avez vraiment une pédagogie à toute épreuve." Lançai-je alors qu'il semblait décidé à s'en aller.

Sans crier gare, il me prit par les épaules et me plaqua au mur. Je serrai les dents lors du choc. Il se rapprocha, clairement piqué au vif et énervé :

"Ecoute, les gamins dans ton genre j'en ai maté des plus durs. Des ados qui veulent jouer aux caïds face à plus fort qu'eux. Je te déconseille de persévérer dans cette voie, tu ne veux pas savoir comment je peux me comporter."

"Attendons voir... Un mec de cinquante piges qui frappe des mômes pour des broutilles, qui se mesure à des enfants. Susceptibilité, combler un manque d'assurance ou un manque quelconque j'imagine. J'ai déjà une bonne idée de votre comportement de lâche."

Ce nouveau coup je ne le vois pas venir. Une jolie beigne en pleine figure qui fait ricocher ma tête contre le mur. Je ne peux pas empêcher mon grognement de douleur. Il rit et se recule, me relâchant. Je me tiens le visage : que ça fait mal, bordel. Je le regarde à travers mes doigts, les yeux noirs.

"Vous, j'vous fume."
"J'aimerais bien te voir essayer." Me rit-il à la figure. "Allez, calme tes ardeurs et nettoie-moi tout ça si tu n'en veux pas un autre."

Je me masse la pommette et siffle un peu à la douleur. J'aurais une belle bosse sur le crâne et un bel œil au beurre noir d'ici peu. Il part et je finis par m'exécuter. Il ne perd rien pour attendre. Je tente de me calmer en m'imaginant répondre, sans contrainte, sans crainte que les gamins en subissent les conséquences. Je m'imagine lui rendre la monnaie de sa pièce et pour un moment, ça m'occupe l'esprit. Je jette les restes de verre puis vais me passer de l'eau sur le visage. Je dois prendre une inspiration en effleurant là où il m'a frappé; il n'y est pas allé de main morte. Je ravale ma fierté : un jour. Un jour, je me vengerais et il ne saura pas ce qui lui tombe dessus.

Quand je rejoins les autres, le petit qui est venu me chercher et son copain Lucas me regardent avant de baisser la tête, un peu honteux et se sentant coupable.

"Faîtes pas cette tête. Son ego a pris plus cher que ma gueule."

Ca débride l'atmosphère et les plus âgés font un aller-retour aux cuisines pour récupérer des glaçons et les enrouler dans un chiffon. Le froid me glace quelques secondes avant que je n'accueille à bras ouvert le répit aux vagues de douleur qui me viennent depuis tout à l'heure. Le silence se fait, il n'y a pas grand chose à dire. Il n'y en a jamais après un évènement similaire. Je finis par leur demander ce qu'ils ont fait cet après-midi et tous, chacun leur tour, me raconte leurs jeux, leurs dessins, leurs blagues. Voilà un peu d'innocence bienvenue après toute cette agitation. Le repas et le reste de la soirée se passe sans encombres même si je ne me gêne pas pour lancer un regard noir au directeur qui me sourit fièrement. Un jour, je lui enlèverai le sourire de sa tronche, c'est une promesse. Personne ne fait grand cas des marques sur mon visage, c'est devenu plus commun que l'inverse et de toute façon, au premier mot plus haut que l'autre, ils savent très bien qu'ils peuvent risquer une bonne gueulante et le risque de prendre le même tarif. On a tous appris à ronger notre frein ici. Dans le dortoir, après avoir couché les petits, je reste éveillé avec les deux autres "grands". Les plus grands de mes mioches. Ils ont tous les deux treize ans mais déjà dégourdi, bien plus que leurs semblables. Il le faut si tu vis ici, sinon tu crève à petit feu ou tu t'écrase plus que n'importe qui. On partage quelques fruits de ma réserve perso que les fermiers que j'aide me file. Je les garde toujours planqué sous le plancher sous mon lit. Ce sont nos petites soirées : des fruits, on s'invente des histoires, on discute sérieusement de l'orphelinat aussi. On est grand avant l'âge. On ne tarde pas trop : demain je dois me lever tôt pour aller aider à la récolte chez un paysan pas loin.

L'air est peut-être froid mais je suis en âge après avoir passé presque toute ma matinée à récolter, nettoyer, arroser. Au moins, j'ai eu ma part de fruits dans mon sac et un petit tour en tracteur. Ca, c'est mon petit plaisir : je fonce à travers champs quitte à faire peur à quiconque monte avec moi. Mais je suis bon, je te manœuvre l'engin sans grandes difficultés depuis que je m'entraîne. Je rentre tranquillement à l'orphelinat quand je vois quelqu'un à l'accueil.

"Ah tiens, Kaveh. Quelqu'un pour toi !" Me dit la dame de l'accueil. Elle est plutôt gentille mais elle a peur du directeur.

Je lève un sourcil avant de me figer quand je vois qui est là. Le vieux !

"Alors gamin ! T'as cru que t'allais plus me revoir, hein ? Allez, me regarde pas comme ça. J'ai fait ce que tu m'as demandé. Je t'ai apporté du concret."


©️ YOU_COMPLETE_MESS



DC Cirò Diamante
Revenir en haut Aller en bas
Caolan Shilliday
DEF DROIT / AILIER DROIT
DEF DROIT / AILIER DROIT
avatar

Messages : 5835
Players depuis : 18/11/2015

Feuille RPG
Note Globale:
73/100  (73/100)
Popularité:
68/200  (68/200)
Note Presse:
3/10  (3/10)

MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   Mer 4 Juil - 19:23

Chelsea : 29k€ > été 2026
Arsenal : 26k€ > été 2025
Villarreal : 33k€ > été 2027

Autres clubs sur demande


« How do you want me to be optimistic in a world full of pessimism »
Multi-Compte
Rayan W.K.S.
Revenir en haut Aller en bas
Kaveh Harunohi
BUTEUR
BUTEUR
avatar

Messages : 86
Players depuis : 01/07/2018

Feuille RPG
Note Globale:
100/100  (100/100)
Popularité:
200/200  (200/200)
Note Presse:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   Mer 4 Juil - 22:54

Kaveh HarunohiPrendre son envolVraiment, merde alors... Ce vieux en a sous le capot. J'avais déjà oublié notre discussion certain que ce type ne me faisait que miroiter du vent et qu'il avait disparu aussi vite qu'il était venu, mais là, pour une surprise. Je me reprends rapidement et adopte une attitude neutre. De l'une des pièces adjacentes dont la porte est ouverte, je vois quelques têtes qui nous épient. Les mioches sont curieux et se demandent sûrement ce que cet homme fait ici. J'esquisse un sourire en coin presque imperceptible.

"Venez, on va aller au café en face. Mais j'vous préviens, c'est vous qui offrez, j'ai pas d'fric."
"Comme tu veux, gamin."

Il me suit et nous nous installons à la terrasse et commandons chacun un café bien chaud. Il m'observe de manière étrange, mais ne dis rien. Qu'est-ce qu'il a ? Ma tête lui revient pas ? Lui qui semblait pourtant mettre les pieds dans le plats à chaque fois, il reste silencieux mais je le vois bien à me lancer des coups d'oeil bizarres et ça m'agace.

"Quoi ?"
Demandai-je, exaspéré.
"Qu'est-ce qui t'es arrivé sur le visage ?"

Ah, ça. J'avais presque oublié mais maintenant qu'il en parle je ne peux m'empêcher d'effleurer ma pommette. Ca me lance, je vais avoir mal pendant des jours. Saleté. Je prends ma tasse et boit une gorgée, pas le moins gêné du monde.

"Ah ça ? J'me suis battu. Vous devriez voir l'autre."

Il me regarde un dixième de seconde comme s'il ne croyait pas au mensonge que je viens de lui servir avant qu'il ne rit, laissant tomber. Il reprend son calme et attrape son attaché-caisse à ses pieds pour sortir quelques dossiers.

"Bon, passons aux choses sérieuses, gamin. Tu ne voulais pas me croire, mais je t'ai déniché trois clubs qui veulent de toi. J'ai pris en vidéo tes exploits de la semaine dernière, tu vois, et ça plus mon vécu et ça leur a suffit. Je t'ai pas trouvé de la merde en plus !" Il me glisse trois dossiers vers moi. "Bon, je t'avoue, j'ai un peu fait jouer mes relations pour les londoniens, mais en même temps avec les pépites que je leur ai donnés, je pourrais leur refiler n'importe qui qu'ils me remercieraient !"

Je lève la tête. Londoniens ? Des clubs de Londres ? Je ne parle pas un broc d'anglais à part me présenter dans un accent terrible. Ca commence bien.

"Y'a Sao Paulo ? J'ai vu qu'ils étaient dans le championnat."

"Ah, tiens. Tu me rembarres mais tu t'es intéressé, hein ? Quelque part tu me croyais un peu, non ?"
"Rien à voir, j'aime le foot, je m'informe. Et j'aime bien Sao Paulo, ils sont bons et le Brésil ils font que ça, là-bas."
"Hélas, les brésiliens sont dans p'tits nouveaux alors pas beaucoup de contacts avec eux, tu comprends. Tu n'as qu'à ouvrir les dossiers si tu veux savoir où tu peux atterrir !"

Je tiens encore un peu son regard par principe avant de prendre un dossier en main. Arsenal. Londres, donc. Je mets le temps pour lire, j'ai pas l'habitude et j'ai toujours un peu de mal si je lis trop vite. Mais je crois que ça ne vient pas de moi cette-ci. Les mecs ont l'air d'avoir fumé n'importe quoi. Les lignes de ma main. Mais oui bien sûr. Quels bouffons, alors. Je prends l'autre : Villareal. Qu'est-ce que c'est que ça...

"C'est quoi ça, Villareal ?"
"C'est en Espagne, gamin."

Déjà que je suis nul en anglais, j'ai jamais fait de l'espagnol alors bon... Quoique. Ils ont l'air d'être les plus normaux, pour l'instant. Je repose le dossier et saisis le dernier. Chelsea. Les autres londoniens. Il me parle d'un de leur joueurs, un japonais. Comme si ça allait changer quoi que ce soit. Même si, de toutes les langues étrangères, c'est peut-être celle où je m'en sortirais le plus même si ça fait bien six ans que je l'ai parlé avec personne. Sûrement un coup de McPearce, je crois me souvenir qu'il avait parlait de ce nom quand il avait voulu m'impressionner. Je repoussai les dossiers vers lui, prit ma tasse de café et la termina d'une gorgée.

"J'ai besoin de réfléchir."


Ce coup me paraissait trop beau. Trois offres sous mon nez comme ça, ça sent l'arnaque. D'accord, il est revenu et les papiers ont l'air officiels et valables mais quand même... Si ça se trouve c'est un charlatan professionnel et il a tout prévu.

"Garde les dossiers avec toi. Je serais à l'hôtel de la ville. Tarde pas trop, je n'ai pas que toi sur le feu, gamin."


Je hoche simplement la tête avant de le laisser et de retourner à l'orphelinat, offres sous le bras que je pris soin de planquer sous mon pull histoire de pas attirer l'attention du personnel. Quand je rentre dans l'une des pièces où les petits font un jeu de société, ils me regardent tous, attendent sans doute que je leur dise de quoi il en retourne.

"Pas maintenant. Ce soir, après l'heure du coucher."

Je poursuis ma route sans m'arrêter pour aller chercher mon ballon, laissant les dossiers sous le matelas, puis j'allai dans la cour. Je mets deux morceaux de bois contre un mur pour me faire un semblant de but et je tire. Je tire pendant je ne sais combien de temps. Je ne sais trop quoi penser de toute cette histoire. Ce vieux schnock pue l'embrouille mais en même temps... Y'a peut-être quelque chose à gagner. Me barrer d'ici, déjà. Mais j'ai des remords à laisser les petits. Je peux pas les abandonner comme ça, je vaudrais pas mieux que tous les adultes que je déteste. Va falloir qu'on discute en conseil ce soir.


"Alors Kavez, raconte !" Demande l'un des plus jeunes, très enthousiaste.
"Chut pas si fort ! On est sensé dormir je te rappelle."

Le silence complet se fait et je me tourne vers mon lit pour sortir les trois dossiers de sous mon lit. Je les place au centre et leur explique. Certains regardent et feuillète avec délicatesse et attention. Je vois certains avec des étoiles dans les yeux et pour ceux qui ne savent pas lire, je leur explique.

"Mais du coup tu t'en vas ?" Me questionne un autre.

Je me passe une main sur le visage en soupirant avant de lui répondre. De leur répondre :

"Honnêtement ? J'en ai aucune idée. C'est trop beau pour être vrai cette histoire. C'est sans doute une arnaque."


La plupart me regarde avec un air éberlué. Ils me mettraient presque mal à l'aise.

"Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?"
"Tu débloques complètement, mec ! Regarde ces papiers !" Il appuie son propos en me les mettant presque dans la figure. "Tout ce qu'il y a de plus officiel ! T'es pas obligé de faire confiance à ce type, mais là, il t'a pas menti. Prend ta chance, mec !"
"J'peux pas vous laisser tout seul avec ces tarés..."

Un petit à côté de moi m'attrape un bras et me secoue.

"Kaveh, on t'aime. Mais maintenant, c'est à nous d'être les grands et les forts. Faut plus t'occuper de nous."
"Ca marche pas comme ça."
"Bien sûr que si !" Répond un autre.

Je les regarde un à un. Ils ont tous ce regard brûlant de détermination. J'avais la gorge serrée et je sentais quelque chose dans ma poitrine, je me sentais tout drôle. Je ne dis rien, baissa simplement la tête en hochant la tête. Je n'avais pas de mots devant eux pour la première depuis que je les connaissais tous. Même les plus vieux de treize ans ne m'avait jamais vu comme ça. Le plus jeune s'approcha et se colla contre moi. J'avais pour habitude de pas être très câlin, je n'étais pas quelqu'un de très tactile, surtout après toutes les trahisons que j'avais vécues. Mais cette fois-ci, je ne dis rien, je les laissai faire et approcher un à un. Ils en avaient besoin, et peut-être un peu moi aussi.

J'étais allé voir le vieux le lendemain matin et il s'était occupé de tout, le directeur n'avait même rien dit, c'était étrange mais s'il me fichait la paix, ça m'allait. Je récupérai un vieux sac de sport et enfournai mes maigres possessions dedans. Il y avait mon vieux maillot des Nagoya Grampus qui ne m'allait plus depuis bien longtemps, et la ballon aussi. Je m'arrêtai un temps en les tenant dans mes mains. J'avais presque envie de les brûler, d'oublier complètement ce passage-là de ma vie, mais quelque chose me retint. Avant de rejoindre McPearce, j'attrapai les deux plus grands des mioches.

"Je compte sur vous. Ces gosses, maintenant, c'est votre responsabilité. Si tout ça n'est pas une sombre arnaque, je reviendrais vous sortir de là. Okay ?"

Ils hochèrent la tête, conscients de la gravité de la tâche que je leur confiais. Je me sentais un peu coupable d'avoir à leur demander ça à un âge si jeune, mais nous formions tous un clan et les plus grands devaient veiller sur les plus petits, c'était comme ça. Je leur ébourrifai les cheveux et descendis. En passant devant le directeur, je pris la liberté de lui lancer un clin d'oeil avec un sourire narquois au possible. C'était déjà une petite victoire de le voir rager en silence. Et quand je reviendrais, il ne fera plus jamais de mal à personne. Le vieux me suivit et sortîmes, un taxi nous attendant. Je savais qu'ils me regardaient par la fenêtre, tous, solennels. Je n'avais pas la force de me retourner une dernière fois. Alors je leur fis simplement un signe de la main tout en avançant vers le taxi : tout mon style.

Je ne me rendis pas trop compte que je quittai peut-être l'orphelinat pour de bon quand nous fûmes dans l'avion à Genêves.

"Bon... Par contre, on fera en sorte de cacher un peu ton oeil au beurre noir. Ca ferait mauvais genre, tu comprends."

J'émis un simple grognement d'approbation, perdu dans mes pensées. Je ne me souvins pas vraiment de tout ce qui avait suivit après - le vol, l'arrivée dans cette ville nouvelle noire de monde, un autre taxi, mais je pris parfaitement conscience que ma vie allait changer quand je me relevais après avoir apposé ma signature sur le contrat sous mes yeux. Le contrat du club de Chelsea.
©️ YOU_COMPLETE_MESS

HRP : Fini et du coup je signe à Chelsea =D !



DC Cirò Diamante
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kaveh Harunohi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kaveh Harunohi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Players, forum RPG :: •Gestion Players :: Créer son Players-
Sauter vers: