Partagez | 
 

 Kostas Arslan

Aller en bas 
AuteurMessage
Kostas Arslan
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 476
Players depuis : 26/02/2017

Feuille RPG
Note Globale:
0/25  (0/25)
Popularité:
0/200  (0/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Kostas Arslan   Mar 27 Mar - 18:39


   


        Kostas Arslan
        Turco-Grec - Buteur - Orlando Bloom
      
      
 
   

        FOOTBALLEUR
      
   

        ~ EN BREF.
    Bonjour à vous. Je m'appelle Kostas Arslan et je suis âgé de 16 ans. Je suis né un certain 25 janvier 2006, à Athènes. Mais aujourd'hui je décide de réaliser mon rêve et de devenir FOOTBALLEUR. Je rêve d'évoluer dans le club du Milan AC, ou au Panathinaikos.

        ~ BIOGRAPHIE.
     Emre Arslan s'était décidé à quitter la Turquie alors qu'il n'était même pas majeur. Il voulait aller en Europe, à la rencontre de la richesse. Pour un gamin de la rue, c'était une porte de sortie. A errer dans les rues d'Istanbul il avait développé une grande débrouillardise. Il passa du côté européen de la Turquie avant de parvenir à rentrer en Bulgarie. Son périple avait duré environ deux mois, il savait très bien où il allait. L'arrivée à Athènes signait l'arrêt de son voyage et le début de sa nouvelle vie.

17 ans, pas d'argent, pas de foyer, pas d'amis. Pourtant, tout cela ne ressemblait en rien à un coup de tête. Il ne connaissait pas son père et sa mère ne lui accordait que peu d'attention, elle qui lui faisait constamment payer le comportement de son géniteur. Femme de caractère mais sans le sou, elle avait déscolarisé son enfant à 13 ans et l'avait fait travailler pour rembourser ce qu'il lui devait depuis la naissance comme elle disait. Ainsi, durant quatre ans, il travailla à l'usine sans jamais percevoir son salaire. Lui, il savait qu'il valait bien mieux que cela, que cette médiocrité. C'était un garçon brillant intellectuellement, qui avait appris l'anglais oral seulement en écoutant les touristes parler. Il s'était renseigné sur l'économie et sur l'Union Européenne en volant des livres. Mais ce qui l'intéressait par dessus tout c'était l'histoire : il connaissait par cœur les histoires des Perses ou d'Alexandre Le Grand. De tous les enfants de la rue, il était le seul qui faisait réellement tout ce qui était en son pouvoir pour s'en sortir. D'ailleurs, le jour où il ne vint pas travailler car il était parti, personne ne fut choqué.

En Grèce, il ne dormit que quelques nuits dehors. Très vite sa capacité d'intégration lui permis de tisser des liens dans le trafic de stupéfiants. Le parrain de la mafia grecque le pris sous son aile car il avait vu qu'il ne s'agissait pas d'un jeune normal. Emre sut parler grec en quelques mois à peine. Arrivé à 20 ans, il devint l'un des hommes de main du parrain. Lorsqu'il tuait froidement des personnes, il se disait seulement que c'était pour monter les échelons, rien de plus. C'est ce qu'il fit, à 22 ans c'était déjà l'une des têtes pensantes et il était l'un des hommes les plus fortunés de la ville. C'est d'ailleurs l'âge auquel il rencontra la femme de sa vie : Elena Samaras. Une jeunes femme douce à la beauté hellénistique profonde. Elle était tout ce dont il avait toujours rêvé, une femme aimante qui lui faisait se sentir spécial. Sa vie en solitaire s'arrêtait là et il était prêt à accueillir celle qu'il considérait déjà comme son unique amour. L'amour avec un grand A, les déclarations sous alcool, les déclarations sous la couette, les déclamations saouls. Le conte de fée ne faisait que commencer pour ces deux jeunes âmes à la recherche de stabilité. Une femme professeure des écoles et un homme numéro deux de la mafia grecque, le couple était spécial mais fort. A tel point qu'à 27 ans, Emre n'hésita pas à faire sa demande en mariage dans une villa louée pour les Vacances, Elena en pleura de joie.

A 30 ans, c'était l'accomplissement de leur vie, la jeune femme accoucha d'un beau jeune homme qu'ils décidèrent d'appeler Kostas. Ainsi il serait bien intégré, il ne connaîtrait pas le racisme vécu par son père. Le couple était aux anges bien évidemment, ce garçon était amené à réussir de grandes choses. Alors lorsque la famille apprit qu'elle ne pourrait pas avoir d'autre enfant pour des raisons médicales, la tristesse ne fut que minime.

La famille vivait dans un bonheur permanent et tous les voisins étaient jaloux de cette dernière. Emre avait complètement arrêté ses activités illégales pour protéger son enfant et était aujourd'hui DG dans une des plus grosses entreprises du pays. A ses 10 ans, le jeune Kostas venait de faire sa rentrée au collège. Il attendait ses parents qui devaient venir le chercher en voiture ce soir là, il avait énormément de choses à raconter, lui qui avait sauté une classe. Mais ses parents ne vinrent jamais, ils eurent un accident de voiture...

Ainsi vécu Emre, frôlant la mort de nombreuses fois pour finir par la retrouver dans un moment anodin. Errant dans le malheur et la solitude la majorité de sa vie et mourant alors qu'il était enfin heureux. Ainsi grandi Kostas, devant accepter de vivre sans ses géniteurs.



        ~ QUALITES/DEFAUTS.
    Qualités : ambitieux, déterminé, malin, sang-froid
Défauts : Sans scrupule, renfermé, hautain, pudique

        ~ COMPETENCES.
    
►  Point fort : frappe de balle : +1 tir
Point faible : chétif : -1 inté décisive

◘ Tir : 15/100
◘ Passe : 5/100
◘Défense : 5/100
◘ Technique : 15/100


  

  
      
      
      
   
Wiz'? ★ 20 ans ★ Des progrès mais peut mieux faire...
        Où l'avez vous trouvé ? ★ Autres
  
      

      



DC: Wizzy Brown
Revenir en haut Aller en bas
Kostas Arslan
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 476
Players depuis : 26/02/2017

Feuille RPG
Note Globale:
0/25  (0/25)
Popularité:
0/200  (0/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Kostas Arslan   Jeu 29 Mar - 19:48


La Conquête d'Alexandre
Kostas Arslan : L'Oïkiste
La balle revient sur moi après un dégagement hasardeux de la tête par l'adversaire, je sais ce que je vais faire. Pas de rebond, une balle en-dehors de la surface, le temps qui s'arrête. Dans cette position mes équipiers s'écartent, ils me laissent faire ce que je sais faire de mieux. Le ballon rencontre mon pied avec une force et une conviction qui en étonne plus d'un dans les tribunes. A peine quelques secondes plus tard, le filet ne tremble déjà plus, tout s'est passé très vite, trop pour beaucoup. L'araignée que j'ai délogé doit m'en vouloir, c'est la première fois que ma précision traverse la frontière grecque.

Trois buts en cette après-midi ensoleillée à Rome, l'une des plus belles villes du monde. Le Kallithea FC est en passe de se qualifier pour le tour suivant, lui qui est habitué à simplement jouer le milieu de tableau en Football League, la deuxième ligue grecque. Mon coup de chapeau représente le total de mon équipe aujourd'hui, un 3-0 contre une équipe d'Ajaccio qui est en train de totalement prendre l'eau. Il reste 15 minutes sur ces matchs en 60 minutes et le coach préfère me faire sortir, on rejoue dans deux jours et je suis l'élément clé de mon équipe. Les remplacement illimités ne me condamnent pas à sortir mais je sais que c'est fini pour moi, il ne faut prendre aucun risque, le plus important arrive. Georgios sort aussi, lui qui m'a délivré deux belles passes décisives. . Lui et moi nous sommes le duo imbattable en Grèce, tout le monde nous craint. On fait parti de l'A6, les six joueurs qui font de Kallithea le meilleur club du pays. Nous sortons d'une grande saison avec notre club qui nous a vu être champion U16 de Grèce pour la première fois de l'histoire.

Apparemment de nombreux scouts scrutent avec attention ce tournoi. Enfin c'est un secret de polichinelle, tout le monde commence déjà à recevoir plus ou moins des offres. Rien d'officiel, d'autant plus que les plus gros clubs ne sont pas les premiers à se jeter. Ils attendent de voir les joueurs sous la pression des résultats, quand chaque minute compte, les matchs à élimination direct quoi. Chez les grands on s'en fiche que Kostas Arslan ait lobé sans hésitation le gardien de Setif. Cet Algérien n'est pas au niveau du jeune Parisien qui enchaîne les parades depuis le début de la compétition. Avant la dernière journée qui nous opposera à la Juventus, nous sommes deuxième du championnat, notre nul contre Valence nous pénalise. Notre défense solide grecque nous permet de s'assurer des bons matchs, mais ce sont bien les buts qui nous font gagner. Ma côte grandit un peu ici, je fais partie des meilleurs buteurs de ce championnat méditerranéen. Hier, alors que je m'entraînais aux coups de pied arrêté, un agent est venu me voir. Il représentait le club d'Udinese qui me promettait déjà une place en U21 et des entraînements avec l'équipe Une. Je ne sais pas si c'est vrai, je me pose assez peu de questions. Je crois que je veux rester dans ce club. A part si j'ai une grosse offre. Je veux réussir, en Grèce ou ailleurs, l'important est d'être dans les bonnes conditions.

La hype grandit à mesure que nous avançons, on est passé de la petite équipe que personne ne connaît à la possible surprise du championnat. Les entraînements sont de qualités mais mes équipiers ne parviennent plus m'arrêter. A la rentrée, je jouerai avec les U21, promesse des dirigeants. D'ailleurs il est possible que je commence même avec l'équipe une, la division 2 grecque c'est pas au niveau des plus grands championnats, ça ira facilement. Pendant l'année en U16 on a enchaîné les victoires avec en moyenne trois buts d'écart. L'Olympiakos, le PAOK, Limassol, aucune des victoires avec moins de deux buts. Ce tournoi, c'est ce qu'on a attendu toute l'année, de quoi enfin trouver des adversaires à notre portée.

Ce qui a fait d'Alexandre sa puissance c'est qu'il ne s'est pas contenté que de la Grèce, à moi de faire pareil.

 
Codage par Libella sur Graphiorum



DC: Wizzy Brown
Revenir en haut Aller en bas
Kostas Arslan
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 476
Players depuis : 26/02/2017

Feuille RPG
Note Globale:
0/25  (0/25)
Popularité:
0/200  (0/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Kostas Arslan   Ven 30 Mar - 9:48


La Conquête d'Alexandre
Kostas Arslan : L'Oïkiste
Trente-six équipes réparties en six poules de six. Ce tournoi méditerranéen est long et éprouvant mais nous nous devons de bien y figurer. Ce soir, après notre match nul 2-2 contre la Juventus, on est qualifiés pour les huitième de finales. Les deux buts que je marque nous sauvent pas mal puisque la défense a montré ses limites face au jeu organisé des Italiens. Dimitris est un très grand combatif, il se donne à fond, mais il est un peu limité. Petit pour un défenseur central, il ne compense pas par des qualités physiques hors du commun. Giannis a voulu compenser mais c'était difficile, lui qui avait déjà beaucoup de travail. Si une personne de l'A6 flanche, toute l'équipe flanche. J'en parle pas mais évidemment que les cinq autres sur le terrain étaient débordés. Non pas qu'ils soient mauvais sur le plan national, ici nous sommes au niveau supérieur et chaque carence se paye cher.

Deux buts, une madjer sur un centre de mon cousin et un face à face gagné avec le gardien. Il m'a fallu deux occasions dans le match pour remettre mon équipe dans le match, ça devient une habitude. Je n'ai pas peur face au but, j'aime ces moments, je me nourris de ça. Je m'entraîne tellement pour ces moments, je ne peux pas craquer quand ça arrive. Georgios sait parfaitement me trouver, peu importe les positions. Vasilis fait quelques efforts mais je crois qu'il ne parviendra jamais à être un vrai meneur de jeu altruiste, je ne pense pas qu'il le veuille d'ailleurs.

Des huitièmes face au PSG, une source de motivation pour toute notre équipe, habituée aux clubs grecs de seconde zone la plupart du temps. Les scouts sont omniprésents et scrutent même nos entraînements ou nos interactions avec nos équipiers et le staff. Tout est pris en compte afin d'évaluer le niveau d'un jeune mais aussi son potentiel. Sur les cinq matchs en dix jours que l'on a eu à jouer et les quatre qui restent dans le meilleur des cas, aucun faux pas n'est accepté, nous sommes observé. Les grands clubs restent encore assez discrets. Les plus petits sont les premiers à se ruer, espérant prendre des joueurs assez impatients. Hier encore, j'étais accosté par les recruteurs Galatasaray en allant manger, un club que j'estime en dessous de mon niveau.

Souvent dans les chambres on se rejoint, l'A6, pour évoquer le futur. Les chambres sont par deux: Panayotis et Zacharias se partagent une première, leurs deux tempéraments se marient étonnamment bien. Le posé Giannis dort avec Dimitris qui est aux antipodes. Moi je suis avec mon cousin, le mec avec qui je partage le plus de choses dans le monde. Le soir on se retrouve dans une des trois chambres et on joue au Tamalou, un jeu de cartes.  Même si j'aimerais pouvoir faire du sport ou dormir pour récupérer mon cousin me dit de faire des efforts pour le collectif.

Évidemment en cette période le choix concernant le club du futur est primordial. Alors qu'on joue, chacun parle de sa situation tour à tour. Celui qui donne le plus de conseils c'est Dimitris, c'est le mec le plus fondamentalement gentil du groupe. Lui sait déjà où il sera l'année prochaine: U19 de Kallithea. Il sera peut-être déjà capitaine d'ailleurs, tant il est apprécié au sein du club et connu pour ses qualités de leaders. Malheureusement, ses limites sont criardes et lui sait très bien qu'il y a des niveaux qu'il ne pourra jamais atteindre. Malgré tout son travail, toute sa passion, il restera un joueur moyen. C'est pourquoi il se place avant tout en confident et donneur de conseils.

Vasilis est celui qui parle le plus, logiquement. Ce dernier espère trouver un très bon club de Grèce ou d'un autre pays. Le problème de ce joueur c'est sa mentalité, on le sait tous, il est le seul à ne pas s'en rendre compte. En sixième, quand j'ai commencé le football, c'était la pépite du club, celui qu'on voyait tous réussir. C'est aussi pour ça qu'on a de suite été des rivaux, je voulais être le meilleur et il était le meilleur. Malheureusement pour lui, je l'ai très vite dépassé. D'ailleurs on a été plusieurs à le dépasser à force de travail. Lui c'est un branleur obnubilé par sa réussite individuelle, qui n'est pas prêt à travailler pour ce qu'il veut. Aujourd'hui les scouts savent que malgré son feeling naturel c'est un risque de le recruter. Notre tireur de coup de pied arrêté n'aura peut-être pas d'offres et devra se contenter d'être la star en U19, ce qu'il aimera dans le fond.

Pour Panayotis la situation est compliquée, il est dans une sorte d'entre-deux. Vraiment très bon pour notre club, il sera peut-être un peu limite pour les top-clubs du pays. Dans notre équipe de joueurs assez techniques il est l'un des seuls qui aime vraiment aller se battre. Celui-ci compense parfaitement sa petite taille par une vivacité et une hargne à toute épreuve. Considéré comme le moteur de notre équipe, s'il n'est pas au rendez-vous dans l'entre-jeu on peut difficilement faire un beau match. Pour l'année prochaine il a le choix entre les U19 ou les U21 de nombreux clubs. Mais certains le veulent pour être remplaçant ou comme un joueur assez mineur. Peut-être qu'une place en U21 à Kallithea et quelques entraînements avec l'équipe une serait parfait pour lui.

Giannis est le premier joueur avec de la vraie hype de l'A6. Un défenseur central capable de ressortir proprement et de faire des interventions défensives, c'est rare. Son jeu de tête est lui tout aussi propre et les scouts l'apprécient vraiment. En plus il est toujours assez posé, rien à voir avec certains enragés mis en défense juste pour péter des tibias. Le joueur ne lâche jamais et craque rarement, de quoi montrer des signes très encourageants pour le futur. Cependant, il ne se sent pas encore assez à l'aise pour quitter la Grèce. Il a déjà compris que pour réussir il devait peut-être quitter Athènes, déjà une étape très importante. Actuellement ses options sont le PAOK et l'Olympiakos. Le club du Pirée lui propose une place de titulaire au sein d'un club qui est sur le toit du pays. A l'inverse le PAOK est synonyme de dépaysement et de concurrence mais à un niveau bien supérieur. C'est donc le choix de la compétitivité ou de la sécurité qui s'offre à notre ami.

Georgios est un cas à part, il est dans une autre galaxie, une galaxie qu'il partage avec moi, celle des top-clubs européns. La hype autour de ce latéral droit est énorme, d'autant plus lorsque l'on voit la représentation de son poste dans le football moderne. Sa capacité à impacter des deux côtés du terrain pendant 90 minutes force le respect. Aussi rapide que puissant, ses seules limites sont dans les détails. Peut-être un peu moins explosif que les autres latéraux, il n'est pas un très grand dribbleur. Au-delà de ça, c'est déjà un joueur capable de se frotter à des personnes plus âgées. En tant qu'amoureux des langues étrangères il n'aurait aucun problème à partir si l'occasion se présente.

Moi? Je suis le meilleur joueur de cette génération, celui que tout le monde veut. Je sens l'engouement que je suscite, ça va être à moi de faire les bons choix mais je n'ai pas peur. Je sais que je suis fait pour le haut niveau. Maintenant, la question est de savoir quels clubs vont s'en rendre compte...

 
Codage par Libella sur Graphiorum



DC: Wizzy Brown
Revenir en haut Aller en bas
Kostas Arslan
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 476
Players depuis : 26/02/2017

Feuille RPG
Note Globale:
0/25  (0/25)
Popularité:
0/200  (0/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Kostas Arslan   Ven 30 Mar - 9:50

A6 de Kallithea FC
Kostas Arslan ◮ Buteur
Niveau: 5
Potentiel: 5

Arrivé au football sur le tard, je suis le meilleur espoir de ma génération.Loin de la tradition des attaquants grecs en pivot, je suis un buteur, un vrai. L'année prochaine, je ne sais pas encore où je jouerai, mais ce qui est sûr c'est que je suis ambitieux.
Georgios Samaras ◮ Défenseur droit
Niveau: 4.5
Potentiel: 4.5

Mon cousin, lui qui fait du football depuis qu'il est tout petit. Quand j'ai arrêté le basket c'est lui qui m'a poussé à jouer avec mes pieds. Le soir avant les entraînements et pendant que mon oncle travaille, je travaille chez lui. Son père nous emmène ensuite à l'entraînement. Aimant autant défendre qu'attaquer et surtout étant aussi efficace sur les deux fronts, le poste de latéral a très vite été logique. Déjà convoité par les plus grands clubs grecs, il attend de voir si des scouts vont se manifester durant ce tournoi méditerranéen.
Giannis Lazaridis ◮ Défenseur central
Niveau: 4
Potentiel: 4.5

Le roc de l'équipe. Une propreté et une tranquillité incroyables. Le socle défensif de notre équipe. Assez serein pour faire de bonnes relances, il manque peut-être parfois un peu de dureté, un comble pour un Grec. Ce dernier hésite encore entre le PAOK, club de deuxième niveau européen, et l'Olympiakos, premier club du championnat national depuis plusieurs années.
Dimitris Papadopoulos ◮ Défenseur central
Niveau: 2.5
Potentiel: 2

L'aboyeur, le capitaine emblématique. Toujours là pour haranguer les troupes et motiver.Limité par le talent, il n'en reste pas moins un des éléments majeurs de l'équipe. Joueur amoureux de son club et bourreau de travail, ce dernier a déjà assuré qu'il sera dans les U19 l'année prochaine. Malheureusement pour lui qui se donne à fond, la ligue 2 grecque est sûrement son plafond.
Panayotis Zacharias ◮ Milieu défensif
Niveau: 3.5
Potentiel: 3.5

La  fouine par excellence. Jamais un seul moment de répit, il aime quand ça se met des coups en douce. Très vicieux, parfois il joue déjà comme un joueur expérimenté. Capable d'avaler des kilomètres, il est souvent un peur frustre avec le ballon. Ce dernier a quelques contacts en Grèce, il se questionne encore.
Vasilis Haros ◮ Milieu offensif
Niveau: 3
Potentiel: 2.5

La grande gueule du groupe. Le seul qui est au lycée français avec mon cousin et moi. Ses parents sont riches et lui à le train de vie qui va avec. C'est lui qui a inventé le surnom de « A6 » car il adore les voitures et que le A est la première lettre de l'alphabet, notre place au classement. Technique, il est trop nonchalant et manque d'impact. C'est clairement celui que j'aime le moins de l'équipe et lui est jaloux de moi. Pas un gros bosseur ni un être très vertueux, son plafond semble limité et les clubs s'en sont rendus compte. L'année prochaine, il jouera pour les U19 de Kallithea.
Codage par Libella sur Graphiorum



DC: Wizzy Brown
Revenir en haut Aller en bas
Kostas Arslan
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 476
Players depuis : 26/02/2017

Feuille RPG
Note Globale:
0/25  (0/25)
Popularité:
0/200  (0/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Kostas Arslan   Sam 31 Mar - 14:00



La Conquête d'Alexandre
Kostas Arslan : L'Oïkiste
3-1, la marche était trop haute face au Real Madrid, pourtant on a fait tout ce qu'on pouvait faire. Le Kallithea FC a rivalisé avec les plus grands d'Europe mais a échoué en demi-finale. Notre entraîneur nous félicite dans le vestiaire mais je n'arrive pas à vraiment l'écouter et me dire qu'on a bien joué. C'est faux, on joue bien quand on gagne. Je suis Kostas Arslan, venu de Grèce pour gagner, c'est tout. Alexandre Le Grand n'a jamais célébré une défaite, je dois faire de même.

Au Real les moins bons titulaires ont le niveau de Giannis, chez nous c'est l'un des meilleurs. Un gars comme Georgios serait parmi la moyenne dans le onze de départ, peut-être un peu mieux mais pas de beaucoup. Moi? Je suis encore le cas à part, capable de briller dans chaque équipe. Peu importe le pays, peu importe le club donnez moi la balle et attendez. C'est dans ce genre de sphère que je suis, comme le défenseur central du club madrilène. Il est bon lui, aussi rapide que puissant, j'avais jamais vu ça chez un défenseur. Je suis parvenu à lui mettre un but, rien de plus, le reste du temps on a fait jeu égal. Ca m'énerve, si j'avais été au niveau on en serait pas là, on serait en finale. C'était à moi de faire le travail, pas aux autres.

Depuis que j'ai commencé le football, à dix ans, je me suis toujours obligé à être le meilleur, peu importe les difficultés en face. Dimitris, l'oncle qui m'a accueilli chez lui après l'accident, refusait que je retourne dans un grand club. En tant que basketteur je faisais parti du centre de formation du Panathinaikos, j'ai arrêté du jour au lendemain pour me diriger vers le football. Mon père étant turc et passionné, il aurait adoré que je joue avec mes pieds. Dimitris refusait que je me mette autant de pression qu'au basket-ball. Ce qu'il ne comprenait pas c'était que les compétiteurs peu importe où ils sont ils se battent pour réussir.

Dans le basket j'étais déjà un espoir grec, à l'âge d'être en U11 j'étais surclassé dans l'équipe U13 du Panathinaikos, le plus grand club de Grèce, et f*ck l'Olympiakos. En commençant le foot j'ai juste accompagné mon cousin, déjà considéré comme un grand dans le club. Le Kallithea FC c'est un peu un club d'intellos faut le dire. La proximité avec Neapoli, le quartier intellectuel de la ville, cela n'aide pas. Georgios et moi on habite dans ce quartier avec nos familles respectives, on passe énormément de temps ensemble quand même.

Depuis que j'ai mis pour la première fois les pieds sur le gazon j'ai su que je voulais être le meilleur dans cette équipe. Je suis arrivé déterminé et personne ne pouvait me stopper. J'ai toujours détesté la défaite. Quand j'étais meneur de jeu au Pana' je n'acceptais jamais de perdre, même contre des gars qui avaient trois ans de plus que moi. Un petit gars assez vif et gros shooteur face à des molosses qui me rendaient parfois jusqu'à trente centimètres. Je perdais mais dès le lendemain j'étais sur le terrain pour prendre ma revanche.

J'ai seize ans aujourd'hui et on a perdu, un peu à cause de moi je le sais. Personne ne le pense parce que j'ai fait une compétition de top niveau et que je serai dans le onze du tournoi mais si je ne gagne pas j'ai mal joué, c'est comme ça. J'ai jamais été du genre à me plaindre, à remettre la faute sur les autres, je veux juste gagner sans arrêt, c'est comme ça. Peu importe la manière, l'important c'est comment ça se finit.

Une victoire contre la Roma grâce à un doublé de ma part, le but de la victoire à la dernière minute face au PSG, les gens diront que j'ai fait une bonne compétition. Meilleur buteur, parti pour être dans le meilleur onze, rien ne peut m'arrêter, mais j'en veux plus. Je me tais, je ne parle pas. Dans les vestiaires Dimitris tente de nous remonter le moral en nous disant qu'on a fait notre compétition, qu'on a fait ce qui fallait, cela ne me va pas.

Je sais déjà que demain je recevrai des offres de grands clubs, peut-être même dès ce soir, mais en attendant je suis le looser à Kallithea FC. J'ai tout fait pour mériter ma place parmi les grands, aujourd'hui j'y suis, il est temps pour moi de voir plus haut. Huit matchs en moins de deux semaines, tout cela pour en arriver au moment que j'attends depuis au moins six mois: les contacts à l'étranger. J'aime la Grèce, j'aime mon club, mais mon destin est ailleurs, avec les grands de ce sport, avec ceux qui gagnent. Le titre de 2000 était une aubaine pour le pays et je ne le critiquerai jamais. Cependant, la Grèce n'est pas un pays de football, c'est clair.

Mon avenir est ailleurs, où ? Je ne sais pas encore vraiment. J'aime beaucoup l'Italie. Enfin j'aime beaucoup le Milan AC avant tout, l'un des plus grands clubs du monde. Mon rêve serait de faire parti de cette organisation. Je voudrais dépasser Weah, Shevshenko ou Van Basten, je voudrais être le roi de San Siro. J'adore l'histoire, de ce fait je me dois d'adorer le Milan AC. J'aime aussi le Paris Saint Germain, mais ça c'est avant tout parce que toute ma famille voue un culte sans bornes à la ville de Paris.

Bref, j'ai seize ans, je suis Grec, et je souhaite devenir le plus grand numéro neuf de l'histoire.


Codage par Libella sur Graphiorum




DC: Wizzy Brown
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kostas Arslan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kostas Arslan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jveux un club!!!
» The Heroic Legend of Arslan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Players, forum RPG :: •Gestion Players :: Créer son Players-
Sauter vers: