Partagez | 
 

 Wizzy - Boire un coup en plus

Aller en bas 
AuteurMessage
Caolan Shilliday
AILIER DROIT / DEF DROIT
AILIER DROIT / DEF DROIT
avatar

Messages : 4650
Players depuis : 18/11/2015

Feuille RPG
Niveau:
63/100  (63/100)
Popularité:
45/200  (45/200)
Note Presse:
3/10  (3/10)

MessageSujet: Wizzy - Boire un coup en plus   Dim 8 Oct - 9:14



Boire un coup en plus?
C'est samedi soir, vous rejoignez quelques amis du basket dans un bar restaurant hors du centre de la capitale. Il y a une scène pour les artistes du coin, mais la musique reste un bruit de fond. La soeur d'un de vos amis doit chanter ce soir, votre table l'encourage quand elle monte sur scène mais vous passez vite à autre chose. Après plusieurs bières et quelques jeux d'alcool, vous perdez un pari, vous devez régler l'addition finale. Aux alentours d'une heure du matin, vos amis rentrent chez eux, ils tiennent difficilement debout. Vous vous dirigez vers le comptoir pour régler l'addition, et arrive au comptoir la soeur de votre ami. Elle commande un gin tonic. De loin, vous n'aviez pas remarqué qu'elle était aussi jolie. Elle sent votre regard et tourne la tête vers vous. Après quelques secondes de réflexion elle se souvient que vous étiez à la table de son frère, vous sourit et engage la conversation.

©️ Pando


Nicolai Vedran = Regen de Dianna Agron
Revenir en haut Aller en bas
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 1423
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
6/25  (6/25)
Popularité:
111/200  (111/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Dim 8 Oct - 12:48



Boire un coup en plus

Les soirées parisiennes


Encore un swish, encore un trois points, mes matchs se suivent et se ressemblent. Ce soir j'ai mis 36 points dont 8 trois points, je commence vraiment à prendre une grosse confiance en moi dans mon rôle de sixième homme de luxe. L'année prochaine Menilmontant jouera en Régionale 2 c'est désormais une certitude après cette large victoire. On se congratule, on fait la fête, ce soir on va au bar!

Ce soir, c'est notre meneur remplaçant qui nous emmène, il dit qu'il sait où s'amuser. Le gars est un blanc d'un mètre quatre-vingt environ qui se démarque pas par son physique mais par une superbe technique. En vrai, c'est une grande gueule, même si c'est pas le meilleur de l'effectif il a une place centrale parce que c'est un gros chambreur et qu'il fait pas de différence entre les gars du groupe. Il fait parti des premiers qui m'ont intégré dans le groupe vraiment, il sait y faire pour ça, il m'a planqué mes chaussures. Après ce qui est cool c'est qu'il accepte aussi de se faire charrier si lui le fait, ça donne lieu à des gros fous rires. Le problème c'est qu'il a la meilleure répartie du groupe et c'est le plus atteint donc il gagne souvent. Si c'était en anglais je les défoncerais, mais pour l'instant je m'en tiens à rigoler.

Ce soir, il nous emmène dans un bar où ce sont des petits artistes locaux qui chantent, j'aime bien le délire et j'espère qu'on tombera un truc plutôt pro quand même. Quentin a l'air de connaître le patron, ils se serrent la main et rigolent ensemble un petit moment. On prend les premières bières et on s'installe à une grande table pour les dix mecs que nous sommes. Tout se passe bien, on rigole, on boit, ça ressemble vraiment à une bonne soirée.

A un moment, tous les gars s'arrêtent, la sœur de Quentin vient chanter sur la scène. Apparemment c'est une jeune professeure de français qui aimerait bien se faire une petite place sur la scène parisienne. Évidemment, l'équipe chambre en groupe son frère qui réagit plutôt mal, ce qui est assez loin de ses habitudes. Comme beaucoup, il faut pas toucher à sa sœur, je comprends le délire. Moi, je suis assez distrait, je la regarde peu, je comprends pas encore toutes les blagues.

Ca doit faire 9 mois environ que je suis en France, la langue commence à rentrer mais j'ai encore de nombreuses lacunes. Mon petit accent plaît un peu aux filles je crois,enfin j'en sais rien j'en ai parlé à peu depuis que je suis arrivé. Parfois, même avec ces gars qui font tout pour m'intégrer, je me sens vraiment seul. C'est pas trop de leur faute bien sûr, mais ici c'est pas vraiment chez moi.

Trois jeux d'alcool plus tard, mon esprit est bien plus dans une idée de fête. Malheureusement, j'ai perdu à un jeu et c'est moi qui doit payer l'addition. Ca les fait rire aussi de m'obliger à payer et donc de parler en français. D'autant plus que là je suis bourré donc tout ne s'enchaîne pas de façon limpide dans ma tête.

A peine arrivé au comptoir, je vois Quentin organiser une blague de plus et tous partent en courant pour me laisser seul. J'en attendais pas moins d'eux, ça me fait rire. Puis je suis assez près de chez moi donc ça devrait aller, j'ai pas besoin des autres. Bien sûr, le prix est exorbitant, mais grâce à mon salaire d'artiste je suis largement celui qui gagne le plus donc c'est pas trop grave. Je galère bien à parler avec le barman qui parvient difficilement à me comprendre.

Alors que je suis en galère totale, à deux mètres de moi une femme commande un Gin Tonic. Je tourne mon visage, il me semble que je l'ai déjà vu, je la dévisage un peu je crois. Elle croise mon regard et me sourit, je renvois le sourire comme un con. Je suis bourré, je dois pas être beau à voir, elle est plutôt mignonne. En fait elle est carrément belle, mais je veux pas m'enflammer, l'alcool doit altérer mes sens. Moi je suis un peu pathétique, bien habillé bien sûr mais je dois puer c'est horrible. Elle s'approche de moi, je sais pas quoi faire.

«-T'es un pote de mon frère toi c'est ça?» Il me faut quelques secondes pour comprendre la phrase, foutue barrière linguistique. Je comprends alors où je l'ai déjà vu, elle était sur scène il y a peu, c'est la sœur de Quentin. Tu m'étonnes que tout les mecs le chambrait, elle est vraiment pas mal sa sœur. Dans un sourire je parle en cherchant mes mots «-Oui... Et toi tu es la... chanteuse?» Son visage s'illumine et elle rigole «Ah c'est toi son équipier qui vient des States». Bon au moins elle est prévenue, on parle donc en anglais.

La fille est gentille c'est clair, elle est même drôle et détendue, je vois le lien avec son frère. D'ailleurs, c'est pas très sain cette situation. Je parle à la sœur de l'équipier le plus influent de mon équipe. Après ça veut rien dire évidemment, enfin on échange seulement quelques mots depuis 5 minutes, il va pas m'en vouloir. Elle a un rire qui fait craquer, qui fait se sentir drôle et intelligent. Mais je suis pas pour le mélange des familles et des potes. Elle est plutôt à l'aise avec la situation. De toute manière il y a aucune ambiguïté, elle était juste seule et moi aussi, du coup on s'est mis à parler, pour faire passer le temps. Rien de plus.

Le temps file, vite ça fait une heure qu'on parle. Le bar doit fermer, il est deux heures, on se retrouve virés comme des malpropres. Mon taux d'alcoolémie est un peu redescendu mais Lise m'apparaît toujours aussi belle. C'est vraiment bizarre je parle à la sœur de mon pote, je suis quand même pas mal gêné.

«Il est tard, ça te dérange de me raccompagner jusque chez moi? Avec tous ces connards qui pensent que les femmes sont des objets je suis pas très à l'aise». Me voilà dans une situation de merde que je redoutais depuis une heure environ...


Code by Joy



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 1423
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
6/25  (6/25)
Popularité:
111/200  (111/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Lun 9 Oct - 21:18



Boire un coup en plus

Les soirées parisiennes



La température est encore assez agréable. Ma veste me réchauffe juste ce qu'il faut. Lise avait préparé une robe pour sa prestation de ce soir. Je me souviens pas très bien de ce qu'elle a chanté, un truc assez triste. Je crois que c'était une composition personnelle, un truc vraiment mélancolique. C'est une prof de français, une chanteuse, c'est son côté artiste d'écrire sur le mal. Je connais plutôt ça, évidemment elle en sait rien.

On parle, de tout de rien, c'est assez agréable. Elle a beaucoup bu, plus que moi sur la fin, elle se livre beaucoup. Je l'écoute, j'aime bien ça, je la laisse faire. Cet air chaud m'apaise, je me laisse porter. Je pense plus vraiment à son frère, de temps à autre. Mais qu'est-ce qu'elle est belle cette fille, c'est incroyable. Pourtant je vous jure je suis plus vraiment bourré, mais il est tard et les réverbères l'éclairent avec poésie. On se croirait dans un film d'amour cliché. D'ailleurs elle commence à me parler avec insistance de son ex, des propos confus que l'alcool n'arrange pas.

On se rapproche de chez elle je crois, elle se blottit contre moi. L'excuse de la température ne marche pas, elle a des collants et est parfaitement habillée pour la saison. Je crois qu'elle a besoin de réconfort. Habituellement je marche seul en pensant à mes problèmes, ça me change de réconforter quelqu'un. A vrai dire je l'écoute plutôt, moi j'ai pas grand chose à dire. Je suis un looser sentimental parmi tant d'autres, qui marche sur le film de l'amour en pleine cuite. Je crois que c'est le paradoxe du poète.

Devant la porte de son appartement, on a passé une bonne heure à marcher tous les deux, faisant exprès de ralentir pour communiquer. Malheureusement son ex à occuper une bonne partie de la conversation. Ca m'a un peu déçu, je me suis un peu déconnecté. Elle doit être comme ça, à ressasser le passé quand elle est bourrée, je reste assez froid du coup, même si j'y arrive pas vraiment.

Moment de se dire au revoir, on se regarde dans les yeux. Et ses lumières bleues me font craquer, j'oublie mes critiques. C'est le moment qu'elle décide pour m'embrasser avec conviction. Surpris, je me laisse faire. Elle commence à ouvrir sa porte et me demande d'entrer avec elle pour en voir plus.

Je suis un lâche, je suis un sensible, je suis un frileux. J'entre pas, j'ai pas envie d'être un pansement, j'ai pas envie de me faire tej dès le lendemain. Je veux pas être ce mec qu'on oublie, celui qu'on laisse sur le côté. J'ai besoin d'être aimé pour ce que je suis, j'ai besoin de faire l'amour plus que de baiser.

«Je peux pas, je veux pas être ça pour toi»

Un soir dans la peau d'un Américain sans couilles. Un soir dans la peau d'un renoi sensible. Un soir comme un autre. Elle se souviendra sûrement pas de son retour chez elle demain, elle regrettera rien et moi non plus. Son frère aura rien à apprendre, il sera soulagé dans le pire des cas. Moi je marche, et il fait plus froid que tout à l'heure je crois. L'air est moins chaud, moins agréable. C'est qui son ex? Pourquoi il vient me gâcher ma soirée? Moi aussi j'ai des ex, est-ce que j'en parle? Non j'en parle pas, j'en parle pas parce que je m'en bat les couilles. Qui a envie que je parle d'Ariana? Pas moi! Elle allait baiser avec n'importe qui. Alors les filles on les oublie.

Mais pourquoi je tombe toujours sur des meufs comme ça? Moi j'ai jamais rien demandé à personne. Je suis ce genre d'artistes maudits qui arrivera jamais à rien , c'est comme ça. Alors la meuf qui vient me parler de son ex, ça fait chier. Je suis pas comme ça. C'est dommage, ça aurait pu être pas mal.

Assis à mon bureau, je griffonne furieusement sur mon carnet. J'ai retrouvé la folie de l'écriture un soir de déception. Je suis comme ça, je suis un lâche. Jamais je dirais les choses que j'ai sur le cœur en face. Les larmes perlent sur mon visage, ça tâche mes pages. Mon joint me crame les yeux, mon stylo tient à peine dans ma main. Je m'endors sur mon bureau, sans savoir de quoi est fait mon lendemain...


Code by Joy



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 1423
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
6/25  (6/25)
Popularité:
111/200  (111/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Mer 11 Oct - 16:23



Boire un coup en plus

Les soirées parisiennes



«Salut, j'ai pas trop l'habitude d'envoyer ce genre de message alors je sais pas trop comment m'y prendre. Désolé d'avoir fait n'importe quoi hier, je me doute que tu voulais juste un plan cul et moi je t'ai embêtée avec mes histoires secondaires. T'es pas obligée de répondre, je m'attends pas à grand chose»

Message de Lise reçu à 12h48, au moins elle se souvient de la soirée. J'étais pas réveillé à l'heure à laquelle elle a envoyé ce SMS, il a fallu attendre deux heures pour que je le l'ouvre. Le réveil est difficile, la sobriété va de paire avec la désillusion aujourd'hui. Et cette fille qui croit n'importe quoi, qui croit que je suis une bête sexuelle. J'ai jamais trop attaché d'importance à ça en plus, moi c'est les mots avant toi. Je suis pas loin de me rapprocher de l'idéal de l'amour platonique. Avec Diana j'avais tendance à penser que quand on faisait l'amour c'était parfait, c'était un truc au-dessus de tout, mais elle me l'a mise à l'envers. J'ai rien à reprocher à Tania mais elle voulait souvent se dépêchait quand j'aimais prendre mon temps à la déshabiller dans le silence. Ce que les gens n'arrivent pas à comprendre, c'est que quand je fais l'amour je me sens bien alors je veux que ça dure le plus longtemps possible. Que mes cicatrices, mes failles, tout ça me laissent en paix quelques secondes. Mais peu de gens le comprennent et pensent que parce que je suis un renoi américain je veux forcément que du sexe, ça me blesse un peu. Je m'en fous qu'on couche ensemble, ça change rien pour moi, ça résume pas ce qu'on est.

Je me souviens quand on s'est embrassé, j'en ai pas assez profité, l'esprit embué par des questions diverses, par des interrogations persistantes. Je veux pas être un des mecs qui lui font oublier son ex. Je veux pas être un mec avec qui tout se passe bien mais qu'elle va oublier une fois qu'elle reverra son ex. Je veux pas être la pause dans son couple, celui qui fait qu'on se rend compte que ça va pas mais aussi celui qui fait qu'on se rend compte qu'on aime encore l'autre. Moi je suis Wizzy Brown et soit on me parle pour ce que je suis soit on fait sans moi.

J'ai son numéro sous les yeux, j'ai juste à appuyer sur l'icône du téléphone en haut à gauche et je l'appelle. J'ai juste à lui dire tout ce que je ressens, tout ce que je pense. J'ai juste à lui raconter à quel point j'ai envie de trouver une femme qui m'aime pour ce que je suis et non parce que j'ai un sexe et parce que je suis pas trop difficile à convaincre et à approcher. Je reste sans rien faire, dans l'inaction et rien se passera, je suis un lâche. Elle pourra attendre une réponse, je saurai jamais quoi lui dire.


Et je passe la journée à penser à tout et rien, dans le flou. Je suis allé faire du basket mais ça m'a lassé. Je suis allé marcher mais je me suis laissé que peu de temps avant de retourner dans mon appartement. Seul mon carnet me tient compagnie, j'ai retrouvé cette énergie indescriptible qui habite un artiste, qui m'habite à chaque fois que j'écris. Ce que j'avais perdu, ce que j'avais fui, je le retrouve partout. Les rimes s'enchaînent dans une rage instinctive, comme de l'instinct. Comme si mon corps me poussait à écrire avant que j'explose. Avant que je finisse par disparaître ronger par mon présent.

Faudra que je parle de cette situation à Quentin avant qu'il soit au courant par sa sœur, qu'il sache ce qui se passe vraiment. Je sais pas ce que je pourrai bien lui dire mais il va falloir que je lui explique, c'est un gars intelligent il devrait pas trop m'en vouloir. D'autans plus que j'ai pas fait grand chose. Est-ce que j'arriverai à lui adresser la parole ou est-ce que je m’échapperai comme d'habitude? On a un entraînement demain, ça sera le moment.



Le lendemain, vers 22h :

Après deux heures d'entraînement physique, comme tous les lundis, on se dirige vers la douche. La charge d'efforts m'a lessivé, j'en peux vraiment plus, je suis au bout. Le physique ça a jamais été mon truc, mais là l'entraîneur nous en fait vraiment chier, on touche peu le ballon. Pas assez en tout cas. Même si à la fin on a des séries de shoots on est obligé d'aller toucher une ligne en sprint entre chaque shoot. Je m'en sortirai sûrement avec des douleurs demain, comme toujours.

Mais maintenant c'est la partie la plus difficile de la journée, celui que je redoute le plus. Je dois aller parler à Quentin, un mec bien mais on parle quand même de se sœur. D'ailleurs, j'ai toujours pas répondu à son message, je sais pas si je le ferai. La douche se vide petit à petit, Quentin fait toujours parti des derniers à en sortir avec moi, il aime prendre son temps après un entraînement.

Quentin il a 26 ans, dans notre équipe de jeunes fous c'est un vétéran. C'est pour ça aussi qu'il est si important, il sait parfaitement nous remonter, nous motiver, nous engueuler. C'est un gars parfaitement humain, c'est d'ailleurs pour ça que son métier de professeur d'histoire ne m'étonne pas du tout. Famille de profs, c'est marrant. C'est pour ça que c'est notre capitaine incontesté, c'est aussi le plus gros cerveau de l'équipe. Il est agrégé dans son métier et sur un terrain c'est le cerveau, bien plus que notre meneur titulaire qui lui est avant tout une boule de muscles. C'est toujours un régal d'être sur le terrain en même temps que Quentin, il sait parfaitement te trouver dans les meilleures positions. Je me dis qu'en tant que cerveau il devrait un peu mieux réagir que les autres têtes de con de notre équipe qui jurent que par leurs couilles et leur honneur.

On parle un peu dans la douche et je commence à emmener l'idée que j'ai besoin d'une conversation sérieuse avec lui. Lui répond avec un grand sourire que c'est pas un souci et il essaye de me rassurer, il voit sûrement que je suis un peu mal et pensif.  Il va falloir engager les sujets sérieux une fois dehors, à l'abri de tous regards, je stresse.

J'ose à peine le regarder dans les yeux, je bouge dans tous les sens et je doute beaucoup. Je m'assois sur un banc et j'essaye de poser mes idées pour pas lui faire peur. Je commence alors par lui raconter avec le plus de détails possible la soirée que j'ai vécu samedi dernier après qu'ils soient partis. J'essaye de pas me laisser perturber par les regards qu'il me lance, ça fait du bien de tout sortir. J'en finis en racontant ce que je ressens vraiment: ma haine des histoires sans lendemain, ma peur d'être oublié dans tout ce que je fais, mon manque affectif visible, les restes de ma toxicomanie, mes côtés paranoïaques. Je m'effondre en larmes à la fin, j'ai vraiment tout lâché.

Le silence est long, il veut dire beaucoup. Quentin est dubitatif, il sait pas quoi répondre. Je  comprendrais qu'il me frappe, ça serait plutôt normal. «Regarde moi dans les yeux.» Il vient de me dire ça avec un aplomb qui me fait vraiment peur. Je me sers de ma manche pour essuyer mes joues et j'essaye de lever mes yeux pour croiser mon regard. Instinctivement, il me met une gifle, une vraie grosse gifle. Je dis rien, je sais que je le mérite. «C'était le minimum, maintenant on va parler»

Quentin se lance alors dans un monologue assez impressionnant sur la relation entre sa sœur et lui. Les deux ont deux ans d'écart et sont nés dans une belle famille parisienne avec de l'argent et des valeurs morales typiques du 16e. Quentin et Lise ce sont des des excellents élèves depuis le départ, intéressés par les cours et la réussite. Les deux ont toujours été vraiment proches parce que leurs parents étaient plutôt absents, comme dans toutes les familles riches. Je connais ça, il le sait pas, personne le sait ici. Arrivée en première année d'université, Lise a voulu changer, elle a voulu être autre chose que ce que tout le monde voulait qu'elle soit. Pour ça, elle a décidé de sortir avec un bad boy, un vrai, un mec peu fréquentable. Alors elle a fait ses choix, elle a un peu coupé les ponts avec sa famille, même avec son frère qui avait toujours tout fait pour la protéger. Leur histoire a duré quatre ans environ et tout était parfait au début. Il avait dix ans de plus et était bien installé dans le deal de son quartier, il gagnait sa vie. Mais peu à peu, il a commencé à être violent, irrespectueux, et Lise s'est retrouvée coincée dans un monde qui n'était pas le sien. Ca fait aujourd'hui environ un an qu'ils sont officiellement plus ensemble mais elle semble atteinte du syndrome de Stockholm. Lui fait sa vie et voit d'autres filles, elle s'autorise pas à l'oublier et répond dès qu'il l'appelait. Elle est prisonnière. Son frère essaie de l'aider et ils se reparlent depuis la fin de l'histoire avec son mec, mais dès que le sujet arrive sur la table ils finissent par s'engueuler.

Cette fois, c'est lui qui finit au bord des larmes, très énervé plus que triste. Il a l'air de détester ce mec. Je me retrouve comme un con sans savoir sans répondre. «Si tu l'aimes vraiment bien, je veux dire autant que tu me le dis. Le truc que tu as à faire c'est de la faire sortir de cette merde. Après tu fais ce que tu veux, tant qu'elle s'en sort.» Il voit dans mes yeux que je suis motivé à faire ça. On se fait une étreinte qui rendra notre relation spéciale pour longtemps je le sens. Puis c'est le moment pour nous de partir, après deux heures de discussions.

«T'apprendras que le sexe je m'en fous. En revanche, si t'as du temps à perdre on peut s'organiser un petit repas un soir. Tiens moi au courant.»

Message envoyé à une heure quarante-huit du matin.



Code by Joy



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 1423
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
6/25  (6/25)
Popularité:
111/200  (111/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Sam 21 Oct - 17:04



Boire un coup en plus

Les soirées parisiennes



En route pour un studio parisien dans lequel j'ai rendez-vous avec Lise. Apparemment c'est un ami à elle qui lui a prêté le studio pour la soirée, il le fait de temps en temps. Ca va faire plus d'un an que je suis pas rentré dans une cabine de ce genre je cois, c'était pour ma participation à NBA 2K. Il y a une semaine j'ai du lui avouer que j'étais un rappeur US, j'arrivais pas à lui mentir. C'est la première personne en France à qui je le dis. J'ai pas trop l'impression qu'elle m'ait jugé ça va, en revanche elle a directement voulu voir ça. Du coup je me retrouve ce soir dans le métro parisien à attendre encore deux arrêts avant d'arriver à destination. Ensuite j'aurai plus qu'à marcher cinq minutes et je serai à destination, je crois qu'elle m'attend déjà à l'intérieur. Je suis un peu stressé j'ai écrit un nouveau texte pour l'occasion, elle m'a dit qu'on essayerait de faire un titre en duo.

La conversation avec Quentin remonte à un mois désormais, les choses ont pas mal évolué. Elle a répondu positivement à mon message envoyé tard dans la nuit le lendemain matin, à son réveil. On s'est vu le samedi soir qui a suivi dans un bon restaurant qu'elle connaissait. On a parlé toute la soirée sans s'arrêter, de tout ce dont on pouvait parler. Elle avait un bon niveau d'anglais qui rendait la conversation fluide. Elle me parlait de ses élèves et moi de mes articles, tout passait vite. On s'est quitté sur des sourires encourageants.

Le dimanche après-midi, on s'est assis à la terrasse d'un café après avoir marché une petite heure. Je lui ai payé un thé et moi j'ai pris un coca en tant que bon américain que je suis. Ca l'a fait sourire, je lui ai fait part de mes interrogations concernant le thé. Cette fille me faisait rire, vraiment.

Lise, c'est pas le genre de fille qui se confie très vite, elle aime bien rigoler mais c'est difficile de percer sa muraille. Elle se prend pas beaucoup la tête en règle générale mais certaines choses la touche, elle le cache comme elle le peut. J'ai compris ça en parlant avec Quentin, lui aussi est plutôt pareil. Mais elle a toujours ce sourire charmeur, peu importe la situation. C'est aussi ça qui rend les progrès dans la relation assez imperceptibles, parfois c'est frustrant. D'autant plus qu'elle a longtemps été gênée par l'histoire de notre rencontre. Moi j'ai tout fait pour qu'elle l'oublie, pour qu'on passe à autre chose ensemble, mais encore une fois c'est une fille timide. Ses blagues sont légères, ses pas sont fins, elle plane dans une ville désenchantée. Tous ses regrets, tous ses problèmes, elle les garde pour le soir, quand elle est seule. J'ai cette envie indescriptible d'en savoir plus, de rentrer dans sa vie et que je sache tout ce qu'il se passe à l'intérieur d'elle.

Et je vis chaque instant avec elle comme une étude, comme un match de basket. Je sais toujours que ça va être agréable, j'essaye de faire en sorte que ça soit profond. Mais quand on est un lâche comme moi, quand on a toujours été seul, on sait pas faire ça. Passez moi un ballon que je m'exprime, passez moi un cahier que je m'explique, passez moi du sérieux et je m'extirpe. Toutes mes interrogations restent intérieures et toutes mes pulsions restent plus enfouies. Je me contente de la regarder, de l'admirer, de la trouver magnifique, et d'attendre des signes. Quelques fois nos mains se sont frôlées, j'ai frémis plus que je le pensais possible. Parfois, mon regard se détourne d'elle et je me demande si je mérite de poser les yeux sur elle, son air taquin semble donner une réponse positive. Mais lorsque je lui envois des messages et qu'elle me répond des heures après, elle paraît pourtant montrer le contraire. Je suis perdu entre ce que je suis censé comprendre et ce que je dois croire. On m'avait dit que les parisiennes faisaient galérer, je voulais pas faire de Lise une parisienne, mais ça doit être le cas.

Ce soir, j'ai décidé d'être sincère et j'ai mon carnet pour ça. J'ai tout mis, tout ce que je pouvais, peu importe de qu'elle en pense. J'espère que j'oserai le faire, je suis pas sûr de ça. Généralement, quand il s'agit de son j'arrive à me lancer, il faut que ça soit le cas. Le studio, c'est chez moi, je sais ce que j'y fais.

J'arrive au studio, la porte est ouverte, elle est déjà à l'intérieur...




Code by Joy



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 1423
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
6/25  (6/25)
Popularité:
111/200  (111/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Dim 22 Oct - 19:54



Boire un coup en plus

Les soirées parisiennes



La bise est marquée d'une certaine gêne, comme une hésitation. Ca fait trois jours qu'on s'est pas vu, pas très longtemps en somme. Notre relation a pas fondamentalement changé entre ces entrevues. Pourtant on sait tous les deux que ce soir c'est spécial, on est des artistes. Si je suis le plus confirmé dans la matière, elle se défend plutôt pas mal malgré ce qu'elle dit. Je crois qu'elle a un peu peur de vraiment se lancer dans son projet, en même temps son métier actuel lui plaît donc elle se voit pas tout abandonner. Moi j'ai peur d'être un peu rouillé, c'est mon premier texte depuis longtemps. Je suis pas sûr qu'elle va kiffer, elle va même peut-être penser que c'est de la merde. Si c'est le cas, j'aurai bien l'air d'un con, je crois qu'elle s'attend à un truc de fou. Tout ça se mélange dans ma tête alors qu'elle installe bien le matériel dans un silence unique en ce qui nous concerne.

Ca fait trente minutes que je suis rentré dans le studio, elle ça doit faire une heure. La  tension est à son comble car on va pouvoir passer à l'enregistrement. Je révise un peu les notes que j'ai sur mon portable, elle fait de même. On s'est pas calé avant, on s'est juste mis d'accord sur l'instrumental. Aujourd'hui c'est elle qui fait plutôt un pas vers moi artistiquement, c'est ambiance rap, peut-être que je lui rendrai ça une autre fois. A mesure qu'elle finit les réglages je me sens envahi d'un stress considérable. Moi qui me livre énormément dans ce son, il faut que la qualité soit à la hauteur. Il faut aussi qu'on soit sur la même longueur d'ondes, si ça se trouve on s'est pas compris. C'est clairement possible qu'elle s'en batte les couilles et qu'elle me mette un énorme vent. Je suis dans le flou totale, en proie à des questionnements inhabituels. Si je foire j'ai pas de seconde chance. Puis les premières notes sonnent, c'est à moi de jouer. C'est à nous de jouer...


Texte:
 

Et ses lèvres se posent sur les miennes avec une douceur que je ne pensais pas possible. Mon texte ne peut plus sortir, elle m'a emmené à un mètre de mon micro. Je ne l'avais pas vu venir, elle qui chantait à mes côtés la seconde d'avant. Son étreinte se fait forte, elle a l'air d'avoir attendu ce moment. Je la serre contre moi et je laisse nos lèvres s'entrelacer. Je sens que ce n'est pas comme la première fois, elle m'embrasse moi, elle me veut moi, pas un autre.

Et mes mains commencent à parcourir son corps si mince. Ses hanches se dessinent sous mes doigtes joueurs. Elle me mordille doucement les lèvres, sans me faire mal. Tout est doux, tout est teinté du cliché de la romance française. Mais c'est unique, parce que c'est nous, parce que c'est ici, parce que c'est maintenant. Je sens sa main droite passer sous mon tee shirt  et venir caresser mon dos. Mes doigts de la main gauche glissent sur le visage de ma parisienne à moi, ma main droite ne peut s'empêcher de faire comme le fait celle de ma partenaire.

La bloquant doucement contre le mur, je sens son rythme cardiaque battre à une fréquence inhumaine, elle est collée contre moi. J'enlève son haut, désormais encombrant. Prenant le temps, je vois son corps se découvrir peu à peu, sans trop en montrer. Sa peau blanche s'illumine dans mes rétines et recommence à l'embrasser, plus insistant. Cette fois je la mords sans trop me poser de questions et je pose une main sur son cœur, histoire de le sentir battre. Sa poitrine est élégante, autant que sa lingerie en dentelle d'un noir sobre. Elle me plaît, elle est incroyable. Elle me fait m’asseoir sur un fauteuil du studio et se met au dessus. Son corps sur le mien, les bas toujours là, un mouvement régulier commence à se mettre en place, il est l'heure de se montrer à quel point on s'aime.

15 minutes plus tard, on peine à reprendre notre souffle, tout était intense. C'était comme dans les beaux films français, fait tendrement. On se regarde avec des yeux qui ne peuvent pas mentir. Je crois que l'enregistrement est tombé à l'eau, nous ne percerons pas ce soir. J'ai gagné bien plus...



Code by Joy



RP fini.



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
Melina Laurent
CINEMA
CINEMA
avatar

Messages : 7933
Players depuis : 08/06/2014

Feuille RPG
Niveau:
11/25  (11/25)
Popularité:
63/200  (63/200)
Note Presse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Jeu 9 Nov - 14:03

Je te laisse lancer un dés de 6 ^^

1-2: La fille vous apprécie vraiment, mais son histoire et son passif sont encore trop présent. Elle souhaite continuer à vous voir, mais ne souhaite pas s'engager pour le moment.
3-4-5-6: Vous avez réussi à conquérir cette fille. Elle était déjà tombé sous vos charmes lors de la première soirée, mais vous avez fini par la conquérir définitivement lors de votre fameuse journée au studio. Etait-ce grâce à vos talents d'écrivains, de rappeurs ou vos talents un peu plus privés ? Quoiqu'il en soit, elle est prête à s'engager pleinement avec vous.


RUN TO THE YELLOWSTONE  
©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 1423
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
6/25  (6/25)
Popularité:
111/200  (111/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Jeu 9 Nov - 18:10

Banzaï



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
Klinton Modrigäo
FONDATEUR
FONDATEUR
avatar

Messages : 59946
Players depuis : 01/02/2011

Feuille RPG
Niveau:
15/15  (15/15)
Popularité:
200/200  (200/200)
Note Presse:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Jeu 9 Nov - 18:10

Le membre 'Wizzy Brown' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'1d6' : 1






Compte principale de Kamilia Matisse & Kaito Morizon-Digäo
Revenir en haut Aller en bas
http://players.forumgratuit.fr
Matthews Kyers
JOURNALISTE
JOURNALISTE
avatar

Messages : 8158
Players depuis : 14/04/2012

Feuille RPG
Niveau:
1/15  (1/15)
Popularité:
31/200  (31/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   Sam 25 Nov - 14:05

Votre début d’idylle amoureuse fait un léger buzz dans la presse, ce qui vous rapporte +3 de pop. Cependant, la demoiselle ne veut pas s'engager dans une nouvelle relation de façon trop hâtive mais toutefois serait heureuse de passer d'autres bons moments avec vous.

Fiche à jour.


~~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wizzy - Boire un coup en plus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wizzy - Boire un coup en plus
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allez, viens boire un p'tit coup à la maison !
» Ah ! Ca fait du bien de boire un coup ! [pv : Eliwen]
» Viens boire un coup et t'en auras pour ton argent [Libre]
» Allez, viens boire un ptit coup a la maison /paf [Pv Makoto]
» Boire un petit coup c'est agréable, boire un petit coup c'est doux [PV : La Veuve Noire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Players, forum RPG :: •Gestion Players :: Interactions clôturées-
Sauter vers: