Partagez | 
 

 Ethan N. Burrow: No pain no gain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Notez cet article
1
0%
 0% [ 0 ]
2
0%
 0% [ 0 ]
3
0%
 0% [ 0 ]
4
0%
 0% [ 0 ]
5
100%
 100% [ 6 ]
Total des votes : 6
 

AuteurMessage
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 823
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
3/15  (3/15)
Popularité:
32/200  (32/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Ethan N. Burrow: No pain no gain   Mar 29 Aoû - 20:37

No pain no gain
Les faiblesses d'un monarque



A 21 ans, de nombreux jeunes se battent pour réussir leurs études. Moi à 21 ans, je glandais dans la rue à la recherche de l'inspiration et plus tard dans l'année je signais un contrat qui m'assurait de vivre avec Freedom Truth. A 21 ans, on se cherche, on couche avec des filles et on boit de l'alcool. A 21 ans, on fume par moment et on rentre chez sa famille le week-end. Ethan lui, à 21 ans, il joue pour l'un des clubs les plus prestigieux du monde et il élève ses deux enfants. Moi, j'appelle ça avoir des énormes couilles, être capable d'assumer seul ce que le commun des mortels ne pourrait sûrement jamais assumer avec le double de son âge.

Aux Etats-Unis, il est parti pour devenir le roi du soccer, un sport encore méconnu. La question est même de savoir s'il ne l'est pas déjà, car les joueurs du pays de Coca-Cola ne sont pas légions en Europe. Nous pouvons en trouver sur les championnats principaux certes, mais majoritairement dans des équipes de seconde zone ou dans des rôles minoritaires. Ici, nous parlons d'un garçon qui joue presque autant que les titulaires dans une équipe parmi les favorites pour le titre national mais aussi l'Europa League. Le jeune homme ne manque pas de talent ni d'ambition, se sentant déjà trop à l'étroit en deuxième division française alors qu'il n'était pas encore majeur chez lui. Il surnageait et de son propre aveu il a perdu un an dans sa progression pourtant fulgurante. Encore plus jeune, alors qu'il était cette fois-ci à peine majeur en Europe, il a ravi le trophée de meilleur joueur à des adversaires qui avaient jusqu'à deux ans de plus.

Car Ethan, c'est un homme précoce, plus qu'un joueur. Il est aisé de le comprendre en retraçant un peu son histoire personnelle. L'histoire d'un jeune garçon devenu grand trop tôt, perdant son innocence sans que personne ne s'en rende vraiment compte. Né en Californie, il a bénéficié d'une vie et d'un climat très à son avantage durant ses premières années. Son père, politicien, assurait à toute sa petite famille de trois garçons une vie d'américains plutôt aisés et sans problème. Ethan est un garçon lambda, ordinaire. Taille moyenne, poids moyen, notes moyennes, vie moyenne. La vie rêvée par beaucoup. Mais à sept ans, il découvre ce qu'est la tromperie lorsque son père rattrapé par son passé se retrouve à s'occuper d'un fils illégitime. Par la suite, il entrevoit aussi l'injustice quand le petit Nathan B Cabe lui vole sa place dans sa famille. Décidant d'aller vivre avec sa mère, il se forge des convictions et des idées que n'ont pas à avoir des jeunes de ces âges. Mais ce n'est alors que le début de sa croissance intellectuelle prématurée. La suite est malheureusement bien plus triste et ressemble à un trou sans fin dans lequel il s'enfonce. Sa génitrice lui fait comprendre à quel point l'alcool est destructeur et peut ruiner une personne et sa vie. Cette personne  lui inculque aussi la haine de l'autre et la volonté de détruire quelqu'un. Puis, celle-ci le met en face de la douleur, la véritable douleur, celle insupportable qui vous empêche de dormir, celle qui vous prend aux tripes le matin et ne vous lâche plus de la journée. Durant les deux années qui précèdent son entrée en centre de formation il subit ce que personne dans le monde ne devrait subir. C'est enfin un enfant qui s'est vu face à la mort, les yeux en face d'un flingue tenu par sa mère.

Je sais ce que vous vous dîtes, quelle vie horrible il a eu ce Ethan N Burrow, c'est bien qu'il s'en soit sorti. Je vous répondrais, il ne s'en serait pas sorti de la même manière sans tout ça. Qui a déjà vu ce joueur sur un terrain ? Il faut le voir avaler des kilomètres et tacler ses adversaires un à un pour comprendre. Ethan joue avec un goût de sang dans la bouche, un goût de vengeance. Auparavant, ce gamin souhaitait être un excellent shooteur à 3 points jouant en NBA, non pas l'arrière rugueux à la Tony Allen qui rend chaque coup et qui fait mordre la poussière à son adversaire direct. Tout ça, toute cette merde qui l'a entouré durant des années, c'est ça qui l'a propulsé vers le haut. Parlez à ce mec en dehors du terrain, il sera très décontracté et pourra plutôt rigoler avec vous. Mais sur un terrain il se transcende, parce qu'il a désormais le goût de la haine sans arrêt dans la gorge et un instinct de survie bien plus développé que la moyenne. Honnêtement, quand tu as vu la mort en face, qu'est-ce que tu en as à foutre de jouer un champion du monde ou un triple ballon d'or ?

Je sais que certains pensent que ce n'est pas positif du tout ce comportement, en atteste ses nombreuses suspensions. Mais honnêtement, très honnêtement, il ne peut que craquer par moment en renfermant tout ce qu'il renferme. Nous avons de la chance que ça arrive peu. C'est d'ailleurs ce manque affectif et cette recherche de l'amour qu'il n'a pas eu dans sa jeunesse qui l'a poussé à faire le tour des sorties nocturnes de Londres et à fumer. Il a eu sa phase où tous ses problèmes dans sa famille l'avaient poussé à chercher l'amour ailleurs, loin de tout ça. Les femmes, un simple moyen de s'évader. Elles étaient ses objets, comme lui avait été l'objet de sa mère, destiné à surpasser Nathan. Mais Ethan travaille depuis à assainir son passé, il a coupé les ponts avec sa mère et repris contact avec le reste de sa famille. Il a arrêté la cigarette et vit heureux dans la capitale de la mode. Avec ses deux petits garçons l'enfant qu'il a été rattrape son retard niveau innocence.

Ethan N Burrow, c'est l'histoire d'un jeune homme qui se stabilise de mieux en mieux en retombant de plus en plus dans l'enfance. Ethan N Burrow, c'est l'histoire d'un grand joueur qui veut arriver le plus vite possible au plus haut niveau de son jeu.



© GASMASK



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
Wizzy Brown
ADMIN
ADMIN
avatar

Messages : 823
Players depuis : 17/02/2016

Feuille RPG
Niveau:
3/15  (3/15)
Popularité:
32/200  (32/200)
Note Presse:
5/10  (5/10)

MessageSujet: Re: Ethan N. Burrow: No pain no gain   Mar 5 Sep - 21:26

Bilan de l'article:


Nombre de vues: 84
Niveau 1= Gain commercial 84x1= 840€



Total de votes: 6 (5*6)
Note des membres: 5/5



DC: Celso Romero
Revenir en haut Aller en bas
 
Ethan N. Burrow: No pain no gain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» No Pain, No Gain II : Psychological Pain
» [Solo] No Pain, No Gain
» No pain no gain [Terminé]
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» Brain Drain to Brain Gain (Emeagwali)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Players, forum RPG :: • Partie Simulation :: Bureau de presse-
Sauter vers: