Partagez | 
 

 Alex Keller • Fini les coups de blues ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kerstin A. Filippitsch
ENTRAINEUR / COACH
ENTRAINEUR / COACH
avatar

Messages : 2223
Players depuis : 13/03/2016

Feuille RPG
Niveau:
5/15  (5/15)
Age: 31
Popularité:
25/200  (25/200)

MessageSujet: Alex Keller • Fini les coups de blues ?   Jeu 6 Oct - 10:35



Fini les coups de blues ?
Votre groupe, vos adversaires, votre public, vous connaissez progressivement tout du monde qui vous entoure et avec qui vous collaborez chaque semaine. Mais vous, vous connaissez-vous vous-même ? En tout cas, quelqu'un avance en connaître suffisamment à votre sujet pour pouvoir à l'heure actuelle rédiger une ébauche de votre biographie.

Vous recevez l'appel de Molly Duncan qui se présente comme journaliste freelance. Elle vous précise qu'elle a réalisé des maquettes d'articles au sujet des clubs anglais évoluant en Ligue U21, avec un focus sur les trois clubs de la capitale présents dans le championnat. Après des recherches sur les entraineurs ainsi que les capitaines de chaque équipe, Molly vous propose de la retrouver dans un endroit calme (restaurant, pub peu fréquenté) afin d'approfondir les informations dont elle dispose sur vous, et un petit peu sur votre club car ca reste son gagne-pain.

Cédez-vous à nouveau à la tentation d'une femme journaliste ? Ou estimez-vous avoir assez donné de votre personne à votre ex pour la remplacer par une consoeur ? Il est évident qu'au travers de cette nouvelle relation, Molly s'engage à ne divulguer que le strict minimum qu'elle pourrait découvrir de plus sur vous. Au fond, elle ne souhaite pas vraiment partager cette exclusivité avec quiconque d'autre. Pour sa part, elle ne vous dévoilera pas tout de suite sa préférence pour Tottenham, choix par défaut motivé par son père et son frère joueur en U19, par crainte de réduire ses chances de faire un bout de chemin à côté de vous, et bien plus si affinité.

Profil :
Nom : Molly Duncan
Regen : Coral Simanovich
Age : 25 ans
Métier : journaliste sportive et culturelle freelance dans Londres

© Pando



Kerstin

Double compte de Caolan Shilliday
Revenir en haut Aller en bas
Alex Keller
PLAYER AMATEUR
PLAYER AMATEUR
avatar

Messages : 2578
Players depuis : 21/06/2015

Feuille RPG
Niveau:
5/15  (5/15)
Age: 29
Popularité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Alex Keller • Fini les coups de blues ?   Mer 19 Oct - 17:15


"A CHAQUE RENCONTRE, UNE NOUVELLE HISTOIRE S'ÉCRIT.
C'EST LÀ QUE RÉSIDE LE PLUS ÉTONNANT MYSTÈRE DE L'AVENTURE HUMAINE."
Alex Keller & Molly Duncan



Chapitre 1 |

Voilà une journée qui commençait de manière bien étrange, dire que ma vie ressemblait à une routine était un euphémisme, tout était réglé et les jours se suivaient et se ressemblaient. Qui pouvait penser que la vie de coach pouvait, elle aussi avoir un "petit" coté répétitif ?

Et aujourd’hui, alors que je venais de prendre mon café, comme d’habitude, que je sortais de ma douche à la minute près ou presque, que j’enfilais pour la énième fois un vêtement du club, un coup de téléphone était venu perturber mon train-train quotidien. D’abord surpris par ce changement « brutal », je pris vite conscience que je devais répondre, même si cet appel ne faisait pas partie de mon planning journalier. Un regard sur l’écran et le nom de l’appelant, ou plutôt l’absence de nom rendait l’appel encore plus excitant. C’est quand un appel devient excitant que l’on se rend compte que notre vie est devenue assez triste pour ne pas dire autre chose.

J’avais répondu avec cette idée en tête. Était-ce le fait que je me rende compte que cette conclusion était complètement pathétique ou la voix amicale de cette jeune femme qui me rendait souriant ? Question intéressante pour laquelle je n’avais aucune réponse à fournir. Tout ce que je voyais, c’était un homme, cheveux ébouriffé à moitié habillé, souriant devant son miroir à cause, ou grâce, à un appel d’une inconnue. Ma vie avait besoin d’un peu de piment et cette femme semblait attirer mon attention, suffisamment pour que je n’hésite pas une seconde avant d’accepter son invitation.

« Ce soir ? Ca devrait pouvoir se faire. Je connais un petit pub ou nous ne serons pas dérangé, j’ai votre numéro, je vous envoie l’adresse par sms. Bonne journée. »

Je raccrochais et repris mon rituel habituel tout en gardant ce rendez vous en tête. Je ne comprenais pas réellement cet intérêt soudain de cette journaliste pour moi et encore moins mon intérêt pour elle, mais cet appel m’avait mis en retard et je devais me rendre au centre, alors les questions sans réponses ce sera pour plus tard.

----------------

Pub de Londres – 21h45

Je suis en retard, c’est quelque chose de rare chez moi, mais la réunion au club s’est éternisée et le temps que je repasse chez moi pour me changer, et aussi me refaire une beauté, le temps avait filé et j’avais beau arpenter les rues du quartier à vive allure, le temps jouait contre moi.
J’arrivais dans le pub et je trouvais une femme assise au bar, un cocktail devant elle. Je l’examinais quelques secondes, elle semblait avoir la bonne quarantaine et encore c’était mon approximation la plus gentille, et je perdais mon enthousiasme. La voix que j’avais eu au téléphone m’avait fasciné mais à aucun moment je ne m’étais imaginé parler de ma vie avec une journaliste de quarante ans. Tant pis, j’étais là, je me dirigeais vers elle, en mode grand professionnel.

« Bonsoir, je me présente Alexander Keller. Veuillez m’excuser de mon retard. »

« Oui, tant mieux pour vous. »

Ok, comment jeter un froid, j’étais en retard certes mais je ne méritais pas un tel accueil.

« Je crois que c’est moi que vous cherchez. Molly Duncan, si vous voulez bien me rejoindre et arrêter d’importuner cette dame. »

Une femme d’à peu près mon âge m’interpelle en se moquant de moi. Je reste immobile, sans réaction, étonné par cette attitude.

« Je vous ai commandé une bière, elle ne va pas refroidir mais si vous ne venez pas, je risque de la boire à votre place la mienne est vide. Non mais sérieusement vous pouvez vous asseoir. »

Je m’excuse auprès de la femme que j’ai importunée et m’installe face à la journaliste qui semble encore prête à se moquer de moi une nouvelle fois, son sourire aux lèvres ne laisse aucun doute sur ses attentions et je décide de prendre les devants.

« Si on pouvait ne plus parler de cette mésaventure et revenir sur notre sujet principal. »

« Le sujet principal vous voulez dire vous ? Vous aimez parler de vous ? Je dois noter que vous êtes un peu égocentrique alors ? »

« Tout l’entretien va être sur ce ton ? »

Je la regarde sortir son ordi, un calepin, un stylo et son sourire disparait à mesure que la table se rempli. Je vois bien la journaliste ressortir, regard sérieux, et je commence à regretter son sourire et son ton moqueur.

« Vous savez, votre sourire n’était pas dérangeant bien au contraire. »

« Vous vouliez que l’on se concentre sur l’interview, alors au boulot Monsieur le coach. »

Je la vois qui décroche un léger sourire quand même derrière son air sérieux, mais elle reporte son attention sur ses notes et commence son travail. Elle est bien renseignée sur moi, et devant tant d’informations, je suis légèrement bouleversé, et de discussions en discussions, ma vie est déballée presque en intégralité et je me surprends à lui parler facilement, les confidences se font comme si notre relation était naturelle et finalement notre entretien coach/journaliste ressemblait bien plus à un rendez-vous personnel que professionnel. La soirée se terminait après que le serveur nous ait prié de quitter les lieux, visiblement il devait fermer, le temps était passé très vite. Peut être trop vite même. Nous avions attendu ensemble un taxi, et je l'ai vu s’éloigner alors que je rentrais chez moi à pied. Chacun était rentré chez lui, pas sans une petite pointe de déception chez moi.

Je rentrais enfin chez moi après une longue journée, fatigué mais plutôt heureux. Mon quotidien a été bouleversé aujourd’hui, mais je sens que c’est une vraie bonne chose. A peine passé le seuil de ma porte mon portable sonne, un sms.

« J’espère te revoir très vite Mr le coach. Cette fois j’espère que tu sauras me reconnaitre. Bonne nuit

Je souris bêtement en repensant à notre « rencontre » et ma gaffe avec cette femme au bar. Je m’installe dans mon lit, et ce soir, je me couche le sourire aux lèvres, serein et détendu.

© ACIDBRAIN



Revenir en haut Aller en bas
Alex Keller
PLAYER AMATEUR
PLAYER AMATEUR
avatar

Messages : 2578
Players depuis : 21/06/2015

Feuille RPG
Niveau:
5/15  (5/15)
Age: 29
Popularité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Alex Keller • Fini les coups de blues ?   Lun 24 Oct - 0:57


"A CHAQUE RENCONTRE, UNE NOUVELLE HISTOIRE S'ÉCRIT.
C'EST LÀ QUE RÉSIDE LE PLUS ÉTONNANT MYSTÈRE DE L'AVENTURE HUMAINE."
Alex Keller & Molly Duncan



Chapitre 2 |


« Mr le coach, que nous vaut cette honneur ? »

Mary Kern, assistante, secrétaire, psychologue, femme à tout faire au centre, tout le monde la connait mais personne ne sait réellement son rôle, c’est un peu la maman de tout le monde et son sourire est un petit rituel que j’aime le matin en arrivant. Sauf qu’aujourd’hui, son sourire est accompagné d’une petite réplique ironique à vous égard que je ne comprends pas réellement.

« Mary ? »

« Vous souriez, alors je demande que nous vaut l’honneur de ce sourire. »

« Nous sommes champions, je n’ai pas le droit d’être heureux ? »


« Oh si, mais je ne pensais pas que vous saviez sourire. Vous me voyez flattée d’avoir eu le privilège de profiter de ce moment. »

Je la laisse rire toute seule, et je fais l’effort de perdre mon sourire béat et de me remettre en mode coach. Ces derniers jours, c’est difficile de gérer le groupe et de le garder concentré, le titre étant acquis et la coupe perdu, les joueurs sont un peu en roues libres, et c’est assez compréhensible, même le staff semble lâcher un peu en cette fin de saison. Pour ma part, j’ai réussi mes objectifs, la saison a été quasiment parfaite et je commence à faire mes preuves en tant que coach, et ma saison a attiré les regards, en tout cas ceux de Molly.

Je m’installe à mon bureau et commence à lire les différents mails de mon staff, il ne reste qu’un match et mon préparateur physique me conseille de faire reposer certains joueurs qui seraient fatigués, ok vive le conseil ! Je continus à lire les messages et entre mes nombreux mails, je suis attiré par un mail d’une certaine Molly Duncan. Ce nom ne m’ait pas inconnu, puisque c’est le nom qui occupe toutes mes pensées depuis mon réveil.

« Bonjour Mr le coach. Voici l’ébauche de mon article vous concernant.
"Le titre pour Chelsea, la révélation pour le coach Keller."
J’ai déjà le titre, c’est un début non ? Pour la suite, j’aurais sans doute besoin d’un ou plusieurs nouveaux entretiens avec vous Coach Keller, alors j’attends votre réponse.
Molly Duncan.
»


Sans hésiter, je prends mon portable et je lui réponds par sms, après tout, l’entrainement n’a lieu que dans une heure et la séance est préparée depuis plusieurs jours, j’ai bien le droit moi aussi à un peu de répit.

« Ce soir même heure, même lieu ? »

« Sois à l’heure cette fois Keller ! »

« Faut savoir se faire désirer. »

« Alors ce sera à mon tour d’être en retard. »

« Et si je t’invitais à diner, tu serais à l’heure si je réserve ? »

« Pour un diner, je pourrais même être en avance. Allez au boulot coach. »

« Vous aussi, vous avez un article sur quelqu’un de formidable à écrire il me semble. A ce soir. »


Le reste de ma journée défila à une vitesse monstre, accaparé entre la séance d’entrainement collective le matin et les entraînements individuels l’après midi, sans oublier de gérer les petits conflits naissants ou les doutes des joueurs insatisfaits par leur situation. Ma vie de coach me plaisait bien plus que ma vie d’homme qui était depuis quelques temps sans réelle saveur et je m’investissais sans répit dans cette fonction, avec succès puisque le titre de U21 était à nous et nous étions en route pour finir invaincus et clôturer cette saison parfaite. Je continuais à soutenir mes joueurs, à les pousser à l’entrainement même si le rythme était moins présent, je voulais finir cette saison avec une victoire, pour ce qu’il allait surement être mon dernier match sur le banc des U21 et sur le banc de Chelsea. Pas le temps de songer à mon avenir, mais de toute façon ma décision était prise, mais je ne voulais rien lâcher, jusqu’au bout je donnerais tout pour pousser ce groupe à réussir à décrocher cette invincibilité.

« Coach je peux vous déranger un instant ? »

Un de mes joueurs venait d’entrer dans mon bureau. Tous le savait, ma porte de bureau était toujours ouvert, au sens propre comme au figuré, et chacun était libre de venir à tout moment.

« Oui entre Dominik. »

Je jetais un regard furtif à mon horloge, j’étais bien parti pour être de nouveau en retard mais je savais que ce que ce joueur avait à me dire ne pouvait pas être remis à plus tard, il avait déjà fait l’effort de venir me parler en face à face après s’être plaint à plusieurs reprises aux entraînements alors sa démarche ce devait d’être prise en compte et je ne pouvais pas l’envoyer balader sous prétexte que j’avais rendez-vous avec une femme.

« Assieds-toi. Je t’écoute. »

Il m’expliquait son mécontentement concernant sa situation, il voulait jouer et ne plus avoir à s’asseoir sur ce banc de touche.

« Ce matin, tu n’as pas remarqué que tu avais le chasuble des titulaires ? J’ai déjà prévu de te faire débuter pour le dernier match, tu n’aurais pas passé ton temps à pester, tu aurais sans doute pu t’en rendre compte. Ton attitude n’a pas été bonne, vis-à-vis du staff et de tes coéquipiers, tu aurais du venir m’en parler plus tôt. Maintenant l’équipe a réussi une très bonne saison, tu as participé à plus de la moitié des matchs en tant que titulaire, tu es en équipe jeune, tout le monde doit pouvoir jouer pour progresser, je n’ai jamais rien eu à te reprocher sur le terrain, et tu as toujours semblé plutôt satisfait de notre travail ensemble, alors à l’avenir avant de te plaindre auprès de tes coéquipiers, vient plutôt m’en parler directement, ça nous éviteras à tout les deux des moments déplaisants. Maintenant je compte sur toi pour le dernier match, pour ma part je considère que l’incident est clôt. Bonne soirée Dominik. »

Il n’avait rien eu à redire et c’était en retard, pour la deuxième fois en deux jours que j’allais quitter le centre et retrouver Molly, « ma nouvelle journaliste préférée », et face à cette pensée, je souriais à l'idée de la relation particulière que j'avais avec les journalistes. A l'avenir, il allait falloir que je refuse toutes les sollicitations de journalistes féminines ...


© ACIDBRAIN


Revenir en haut Aller en bas
Alex Keller
PLAYER AMATEUR
PLAYER AMATEUR
avatar

Messages : 2578
Players depuis : 21/06/2015

Feuille RPG
Niveau:
5/15  (5/15)
Age: 29
Popularité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Alex Keller • Fini les coups de blues ?   Mer 26 Oct - 23:47


"A CHAQUE RENCONTRE, UNE NOUVELLE HISTOIRE S'ÉCRIT.
C'EST LÀ QUE RÉSIDE LE PLUS ÉTONNANT MYSTÈRE DE L'AVENTURE HUMAINE."
Alex Keller & Molly Duncan



Chapitre 3 |


J’arrivais au restaurant, un restaurant ni trop classe, ni trop cool, un truc qui fait aussi bien professionnel que personnel, sérieux mais pas trop, enfin l’endroit idéal pour un rendez-vous pour lequel il existe des incertitudes sur la tournure qu’il pourrait prendre. Un restaurant ou j’ai l’avantage de connaitre le personnel et la carte par cœur. Mais malgré mon retard, j’étais le premier sur les lieux, le premier à rejoindre la table que j’avais commandé, et le premier à commander une bière, en espérant qu’elle n’ait pas osé me poser un lapin.

« Désolé, une grosse interview de dernière minute qui s’éternise, je serais en retard, mange sans moi, on se retrouve au pub d’hier ? »

Enervé et déçu, je demandais au serveur, un de ceux que je connaissais bien maintenant après deux ans à Londres, de me faire emballer mon plat habituel et je rentrais chez moi, sans même prendre la peine de répondre à Molly. Au fond de moi, si j’étais aussi énervé ce n’était pas parce qu’elle me plantait au restaurant, mais plutôt parce que j’avais attendu ce rendez-vous toute la journée et j’étais déçu et vexé que les choses ne se passaient pas comme je l’avais envisagé et espéré.

Seul dans mon canap’ en short, torse nu, je zappais chaines après chaines, je ruminais ma soirée gâchée, et après avoir terminé mon repas, j’avais finis par me poser devant une émission de sport, émission nullement intéressante, mais très efficace pour m’aider à trouver le sommeil. L’interphone de chez moi sonna me réveillant suivis de près par mon portable. 4 appels manqués et 2 sms non lus.

« Je suis désolé pour mon retard, je suis au pub et tu n’es pas là. Réponds-moi. »

« Alex je sais que tu es chez toi ouvre stp. Je n’ai pas voulu te poser un lapin ce soir, laisse-moi m’expliquer. »


Je quittais mon canapé et me dirigeais vers l’interphone sur lequel elle s’acharnait depuis plusieurs minutes.

« Comment tu as eu mon adresse ? »

« Je t’ai dis que je savais tout de toi. »

« Tu trouves ça drôle ? »

« Alex, je suis vraiment désolé. Si ça peut te rassurer j’ai aussi passé une soirée pourrie. »

« Tant mieux, la mienne a été parfaite, j’adore qu’on me plante au resto, c’est tellement jouissif. »

« On pourrait en parler face à face plutôt qu’interphone à interphone non ? »


J’appuyais sur le bouton de l’interphone pour lui ouvrir la porte, elle allait bien trouver mon appart, elle était arrivé jusqu’ici. D’ailleurs en y pensant bien, si elle n’était pas journaliste, j’aurais peut être pu avoir peur d’elle. Elle détenait des informations que seule une folle ou une journaliste pouvait détenir. J’entendais ses pas sur le palier et avant même qu’elle n’ait eu le temps de frapper, je lui ouvris la porte et l’invitais à entrer.

« On peut oublier toute cette soirée et repartir d’hier soir ? »

« Et pourquoi je ferais ça ? »

« Parce que j’ai traversé tout Londres pour m’excuser et parce que j’avais envie de te voir. Et visiblement tu dormais et tu m’as quand même fait entrer, alors je pense que toi aussi tu avais envie de me voir. »


« Ne prends pas tes rêves pour une réalité. Mais bon puisque tu es là, tu vas bien prendre une bière avec moi, je n’aime pas boire tout seul. »

Elle était étonnamment silencieuse face à ma remarque et alors que j’avais commencé à me diriger vers ma cuisine, je m’étais arrêté et j’avais redirigé mon attention en sa direction. Et j’avais compris assez rapidement la raison de son silence en voyant dans son regard toute la surprise et la peine.

« Ce n’est plus douloureux tu sais. »

J’avais appris à vivre avec mes cicatrices, les restes de mon agression, et je n’y prenais plus vraiment attention surtout que la plupart s’étaient bien atténuées et ne se voyaient quasiment plus, mais d’autres dans le dos étaient encore bien visibles et en me retournant je lui avais dévoilé ces marques ancrées en moi sans songer une seconde au choc qu’elle pourrait avoir. En général les personnes qui me voyaient torse nues connaissaient mon histoire et n’étaient plus surprises ou choquées, mais visiblement même si Molly avait découvert ce moment de ma vie, elle n’avait pas prit conscience de la violence de l’agression et face à mon dos marqué à trois reprises, elle était restée sous le choc.

« Je vais aller mettre un tee-shirt, installe toi. »

« Euh non, reste comme ça. Ca ne me dérange pas, au contraire, tu as un corps plutôt plaisant à regarder. »

Le choc semblait passée, elle s’était reprise et avait même retrouvé son humour et sa repartie, mais malgré tout j’avais enfilé un haut, je ne voulais pas la mettre mal à l’aise et d’un point de vue très personnel, sentir son regard sur mes cicatrices n’étaient pas ce qui me plaisait le plus.

« Tu sais quand j’ai commencé mes recherches sur les coachs, j’ai d’abord été intéressée par ton parcourt, un si jeune entraîneur c’est rare alors j’ai cherché tout ce qui avait pu pousser un homme de 26 ans à devenir coach et je ne devais faire qu’un article sur Chelsea et la réussite de l’équipe, mais ton histoire, je sais pas comment l’expliquer, mais j’ai été à la fois fascinée, admirative et horrifiée par tout ce que j’ai trouvé sur toi. »

« Et les cicatrices c’est la partie horrifiante je suppose ? »

« J’ai lu tellement de trucs, je ne vais pas te mentir j’ai même réussi à me procurer des comptes rendus de procès, j’ai vraiment fouillée dans ton histoire, alors je pensais savoir en détails ce que tu avais traversé mais enfaite je crois que je n’avais pas pris conscience de la réalité des choses, de la violence. Je suis désolé si ma réaction t’a déplu, mais je pense que je me rends compte là maintenant que ce que j’ai lu c’est rien par rapport à ce que tu as subi et je pense que je ne pourrais jamais réussir à retranscrire quoique ce soit sur ce moment. J’ai fais la journaliste qui savait tout et qui comprenait tout, alors je savais beaucoup de chose, mais je ne comprenais rien. Je suis désolé Alex, je n’aurais pas du fouiller dans ton histoire. »

« Arrête Molly, je ne te reproche rien. Je vais bien, cette histoire a laissé des traces dans nos vies, mais on s’en est sorti, je t’assure que je vais bien et que je peux en parler. J’ai encore quelques traces sur mon corps, mais tu sais finalement je m’en suis bien sorti, et je suis en paix avec cette partie de ma vie, parce que tout va bien pour moi, pour Melina aussi, donc tu vois, il n’y a aucun problème. »

« La tu vois c’est la partie admirative que tu touches en moi. »

« Allez, on boit cette bière et on oublie cette soirée ? »

« Avec plaisir, et si on reprenait à ton texto ou tu disais qu’il fallait savoir se faire désirer ? »

« Vu ton retard, je pense que tu t’es assez faite désirer. »


Sur ma remarque, elle se pencha vers moi et m’embrassa, les bières allaient attendre et finalement je n'avais pas garder mon tee-shirt bien longtemps.



© ACIDBRAIN


The End ...


Revenir en haut Aller en bas
Kerstin A. Filippitsch
ENTRAINEUR / COACH
ENTRAINEUR / COACH
avatar

Messages : 2223
Players depuis : 13/03/2016

Feuille RPG
Niveau:
5/15  (5/15)
Age: 31
Popularité:
25/200  (25/200)

MessageSujet: Re: Alex Keller • Fini les coups de blues ?   Lun 31 Oct - 13:35

C'est dans la poche pour Molly qui succombe littéralement devant l'homme que vous êtes et qu'elle ne connaissant pas aussi ouvert. Vous êtes désormais dans une relation de couple avec Molly Duncan (née en 1993, journaliste freelance) et la parution de l'article à votre égard récolte un bon nombre de likes et de partages. Vous gagnez 3 points d'exp.



Kerstin

Double compte de Caolan Shilliday
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alex Keller • Fini les coups de blues ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alex Keller • Fini les coups de blues ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La paladin et l'oiseau (Alex Artaïs) [fini]
» Les trois coups d'etat, le "manje ranje de lespwa" pour le deuxie
» Pour en finir avec les coups d'État en Haiti...
» Papy Blues
» Danse ta vie vie, danse [Alex]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Players, forum RPG :: •Gestion Players :: Interactions clôturées-
Sauter vers: