Partagez | 
 

 Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kamilia Matisse
FONDATEUR
FONDATEUR
avatar

Messages : 19209
Players depuis : 05/09/2014

Feuille RPG
Niveau:
7/15  (7/15)
Age: 24
Popularité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?   Sam 16 Juil - 10:28



L'intérêt du corps ou de l'art ?


Charlotte Hope - 19 ans - Artiste

Charlotte est une jeune actrice prometteuse, quelques apparitions dans des séries très populaires notamment Game of Thrones, ce qui l'amena sur le chemin de la gloire. Mais depuis la fin du tournage de la série phare de HBO, sa carrière stagne un peu, depuis un an, elle accumule les castings sans réussir à décrocher quoi que ce soit. Possédant un joli brin de voix et vous apercevant lors du dernier festival dans lequel vous vous êtes produit, elle vous trouve bien à son gout. Vous semblez prometteur et avoir le vent en poupe, du coup, ni une, ni deux son agent vient vous voir et vous propose un deal qui est assez simple. Charlotte aimerait se lancer dans la chanson, un petit featuring sur votre prochain single, qui peut, surement, vous être bénéfiques, à tous les deux, et au delà de ça, une relation amoureuse dans la presse (et pourquoi pas dans l'intime si vous collez bien), cela serait l'occasion, de vous permettre à tous les deux, de voir votre carrière, enfin, décoller.

Qu'en pensez-vous ?

© Pando





Multi-compte : Karin Meier
Revenir en haut Aller en bas
Kamilia Matisse
FONDATEUR
FONDATEUR
avatar

Messages : 19209
Players depuis : 05/09/2014

Feuille RPG
Niveau:
7/15  (7/15)
Age: 24
Popularité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?   Mar 19 Juil - 9:49

Jusqu'au 24/07/2016 pour répondre.





Multi-compte : Karin Meier
Revenir en haut Aller en bas
Aaron J. Adams
ARTISTE
ARTISTE
avatar

Messages : 1256
Players depuis : 29/06/2013

Feuille RPG
Niveau:
3/15  (3/15)
Age: 20
Popularité:
8/200  (8/200)

MessageSujet: Re: Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?   Ven 22 Juil - 10:50

L'intérêt du corps ou de l'art ( 1 )


« Music should strike fire from the heart of man, and bring tears from the eyes of woman » Ludwig van Beethoven




Les jours qui suivirent mon retour à Eugene se ressemblaient tous et apportaient chacun une bonne nouvelle. John et Elisabeth étaient revenus de Washington, bien évidemment sans avoir trouver aucun studio d'enregistrement ou de maison de disque prêts à nous faire décoller, mais avaient ramenés dans leurs valises des quantités gigantesques de souvenirs et de gâteaux pour Eduardo et moi. " Il faut prendre des forces avant de bosser, pour être efficace tu comprends Aaron ? " Un joli prétexte made in Elisabeth. Mais le retour des deux membres phares du groupe avait suffit à enflammer nos fans. Elisabeth nous avaient donc tout de suite programmés des répét pendant toute la semaine, et ma belle-mère avait accepté de nous laisser faire le show du samedi soir qui arrivait, au Williamette Heaven. Elisabeth avait alors était fidèle à son rôle de meneuse hyperactive et avait balancé sur les réseaux sociaux toute les infos pour nos fans. J'crois même qu'un gars du collège avait retweeté qu'il avait été harcelé et qu'il pensait sérieusement à porter plainte !  Tout s'était mis en place très rapidement, et Roy avait même été réquisitionné par Becky à cause du manque d'effectif du Williamette Heaven. On prévoyait plus d'une soixantaine de personnes dans le pub, sans compter les clients habitués et les collégiens et lycéens qui trafiqueront sans doute leurs cartes d'identités pour assiter au spectacle. Ce qui est étrange avec les Vocal Shivers c'est que plus on a de pression plus on est soudés, alors que d'autres groupes célèbres ont souvent explosés à cause de ça, la pression, les attentes du public. Mais pas nous, peut-être est-ce grâce à Elisabeth ? J'crois que les gens s'en rendent pas compte mais consacrer six ans de sa vie à un groupe de musique ça demande énormément de détermination, et d'optimisme. John m'avait même accordé quelques phrases depuis son retour et l'annonce de notre show, des trucs pros bien sûr. La rivalité est toujours aussi grande entre lui et moi, mais j'ai pris l'avantage grâce à cette soirée à Portland.

  Ca avait dû faire parler de moi dans le monde de la musique, j'avais déjà eu des retours sur les réseaux sociaux et même Elisabeth semblait être au courant : à son retour elle m'avait ébouriffé les cheveux comme une mère fière de son petit garçon. Mais ma petite démonstration a capella avait tapé dans l'oeil d'Austin Butler, aka le mec qui aurait pu être mon frère jumeau caché. Je suis sûr qu'un scénariste ferait de cette ressemblance un scénario digne des meilleurs films à suspense.. Bref ! J'étais à peine descendu de la petite estrade que le mec s'approche de moi avec son gorille au cas où il me prendrait de vouloir frapper mon jumeau. Et hop, il trouve sa carte dans la veste de son garde du corps et me la file, avec son numéro et tout. En quelques minutes ma carrière solo a pris un envol improbable, un acteur hollywoodien voulait que je fasse la BO de son prochain projet. C'était une occasion inespérée de voler de mes propres ailes, de me faire une place dans ce monde. Seulement, quand vous avez un groupe et que vous faîtes des manoeuvres solo comme ça, en général c'est pas très bien vu. Je n'avais mis au courant que Eugène, mon meilleur ami, qui m'avait juste répondu ce que n'importe quel meilleur ami est censé dire dans ce genre de situation.
- Tu sais c'est ta vie, tu fais ce que tu veux Aaron. T'as du talent, faut pas que tu laisses s'échapper ton rêve pour rester ici à Eugene avec les Vocal Shivers.
- Ouais mais j'aime bien le groupe moi ! C'est eux qui m'ont permis de vraiment prendre du grade dans la musique, avant j'étais qu'un fils de rockeur raté qui n'avait rien à faire de sa vie, t'vois.
- Bah tu l'es encore non ? fis Eugène avec un sourire taquin
Je fis mine de vouloir lui taper l'arrière du crâne et ricana avec lui.
- Toute façon tu vas être obligé de faire un choix, tôt ou tard mon pote. reprit-il plus sérieusement

  Cette dernière phrase me fit regarder fixement mes chaussettes abandonnées sur ma commode pendant plus de trois minutes, beaucoup trop pour un être humain doté d'un sens de l'hygiène ordinaire. Les chaussettes au final ça peut représenter pleins de choses. Moi j'y voyais le groupe et moi. On est d'accord qu'une paire de chaussettes ça reste jamais en paire très longtemps hein ? Ou alors vous êtes super forts ! Bah voilà, un jour la chaussette à droite là bah elle aura plus sa soeur, elle aura disparue. Ca pourrait être la même chose pour les Vocal Shivers et moi : Tôt ou tard, que ce soit moi ou eux, on se séparera forcément non ? Je serai obligé de choisir n'est-ce-pas ? Et puis merde. J'avais encore un show à faire avec eux, alors autant se concentrer, mettre le feu et s'éclater avec eux. On verra ce qui arrivera. Samedi, c'est plus important que tout pour le moment.

  Et cette soirée arriva plus vite que prévue. On avait pourtant passé la semaine entière à répéter nos covers pour le show de ce soir mais rien ne sonnait merveilleusement bien aux oreilles d'Elisabeth et on s'était fait tirer les oreilles par notre meneuse. Ce qui fait que vous me retrouvez là, à 19h, en train de taper nerveusement du pied avec mes amis qui semblent complice de mon anxiété.
- Plus qu'une demie-heure mon p'tit blondinet ! s'écria Eugène en venant se rasseoir à côté de moi, me filant un coup d'épaule
Je décochai un sourire, trop occupé à stresser pour lui refiler son coup.
- Il est où Eduardo ? demandai-je en fronçant les sourcils, croyant avoir été abandonné
- Là-bas, sur scène avec John, ils installent le matos. répondit Loïs, assise en face de moi, en balançant ses cheveux en arrière
Je me levai légèrement pour pouvoir observer le pub par dessus la banquette de notre table ; Le Williamette Heaven était encore plus classe de nuit, quand il se transformait en refuge pour ivrognes ayant les moyens de se payer des pichets de bière chacun. Les clients habitués étaient déjà à leurs tables, des vieillards, quelques potes de mon père et même le paternel d'Eduardo, là-bas dans le coin, en train de mater la serveuse à la table d'en face.
- Hééé ! s'écria Judith, à côté de Loïs
Je me retourna vers elle, les yeux écarquillés. Austin Butler m'avait-il retrouvé ? Si il venait me parler de la bande originale de son projet devant tout le monde, la soirée serait fichue avant même d'avoir commencée !
- Je m'étais jamais rendue compte à quel point Eduardo avait des fesses musclées ! reprit-elle en souriant, regardant au dessus de nos têtes à moi et Eugène
Je répondis d'un soupir de soulagement, jetant un regard à Eugène qui avait l'air d'avoir comprit la raison de mon inquiétude.
- En tout cas vous allez avoir un beau public ce soir ! dit Loïs en jetant un regard sur la foule de personnes qui rentraient en masse. Aaron, après le spectacle on-
- Hé mais c'est notre petit Mark !

  Eugène avait coupé Loïs au bon moment. Si Mark l'avait entendu me proposer un rencard, il serait partit en courant vu comment il semble fragile et timide. Il venait d'arriver, une veste marron sur un t-shirt noir, portant ses lunettes comme à son habitude. Il avait l'air d'un vrai nerd. Judith se leva pour lui faire la bise au dessus de Loïs qui me fixait d'un air ennuyé. Je haussai les épaules, puis lança un sourire amical à Mark tout en tapant dans la main d'Eugène sous la table.
- T'es venu voir ton idole mon pote ? reprit Eugène en faisant un tchek à Mark
- C'est ça.. répondit-il d'une petite voix
- Mark ! fit Loïs au moment où le rouquin allait s'asseoir à côté d'elle. Tu m'accompagnes aux toilettes mon chou ?
Il y eut quelques secondes de flottement durant lesquelles Judith, Eugène et moi nous regardions successivement avec la même perplexité. Certes, Loïs n'avait jamais apprécié Mark puisque depuis le bac à sable il la collait partout où elle allait. Judith m'avait même raconté qu'il avait fait un effort incroyable au collège pour pouvoir sauter une classe et rentrer au lycée en même temps que Miss Perfect. Mais de là à lui demander de l'accompagner dans les toilettes pour filles, sois Loïs préparait un mauvais coup sois elle avait une soudaine envie de se taper le rouquin.
- Euh.. Ouais si tu veux.. répliqua le rouquin avec hésitation
Loïs n'hésita pas elle. Elle partit directement vers les toilettes d'un pas déterminé, emportant Mark par le bras. On les regarda partir puis je me retournai vers Juju.
- T'as une idée de ce qui vient d'se passer là ?
Elle se pencha alors en avant pour nous parler à voix basse après s'être assurée que personne ne regardait dans notre direction. Comme si elle s'apprêtait à nous révéler un secret à la Guerre des étoiles, si ça se trouve Loïs est la soeur de Mark et leur vrai père est en fait le directeur indien du lycée ?
- Loïs croit que Mark est gay, du coup elle le traite comme tel...
Ah, c'était pas fou comme secret en fait. Eugène éclata de rire.
- M'dis pas qu'elle a pas remarqué qu'il craque totalement pour elle ? répondit-il en ricanant quand Judith lui tapa la tête pour lui dire de baisser la voix
- Bah j'sais pas, elle essaie peut-être de le friendzoner en le faisant passer pour gay ?
- Ah oui, elle va loin notre petite bourge.. fis-je en haussant les sourcils

   Soudain tout le pub se mit à vibrer et les clients applaudirent tous en choeur, sifflèrent en regardant vers la scène, la luminosité du Williamette Heaven déjà tamisée s'affaibilit encore plus. Les spots lumineux que Becky avaient filés au reste du groupe s'allumèrent et éclairèrent la scène. Elle n'était pas très large, une scène de bar, mais c'était déjà super. On avait l'habitude d'y jouer souvent grâce à ma belle-mère, mais ce soir nous fêtions nos retrouvailles avec notre public alors on avait intérêt à assurer. La batterie de John était déjà sur scène, nos guitares aussi, il ne manquait plus que les Vocal Shivers. Elisabeth monta sur scène et fit crier encore plus le public, certains hommes se levèrent de leurs sièges pour mieux l'apercevoir au dessus de la foule amassée devant la scène, en plein milieu du pub. C'était déjà de la folie, les serveurs n'arriveraient bientôt plus à circuler vu le nombre de personnes debout, et d'autres clients entraient encore pour venir grandir les rangs du public déjà présent en masse.
- Bonsoir tout le monde, vous allez bien ? dit-elle dans le micro en saluant son public
Le public répondit en choeur et siffla de plus belle. C'était ça qui faisait d'Elisabeth la meneuse parfaite, la communication, la sociabilité. Elle était à l'aise avec les gens, et du coup personne pouvait la haïr puisqu'elle était tout le temps elle-même.
- Vous êtes venus écouter du bon son ou pas ?! reprit-elle plus fort pour les faire crier à nouveau
Alors que le public répondait à nouveau et que quelques malins dans le public répondaient " NON ", une silhouette se dirigea vers nous. C'était Roy, notre bad boy attitré et transformé en parfait petit serveur par ma belle-mère.
- Ca te va bien cette tenue Roro, t'es super mignon ! fit remarquer Judith avec un sourire sincère
- M'appelle pas Roro j'aime pas. répondit-il d'un ton blasé. Aaron, va falloir que t'y ailles ils t'attendent là mon gars. Ta mère m'a prit la tête pendant vingt minutes parce que t'étais pas dans l'coin.
- Belle-mère Roy, ouais j'arrive t'inquiète. répliquai-je en me levant
Je passai au dessus des jambes d'Eugène qui m'encouragea d'une tape dans le dos, Judith me sourit au passage et Roy se proposa de m'escorter jusqu'à la scène pour pas me perdre dans la foule. Elisabeth faisait patienter le public avec aisance, ils nous acclamaient tous. Après m'être frotté à une trentaine de personnes et avoir défié les lois de l'hygiène humaine en me collant à un homme bien enrobé et dégoulinant de sueur pour pouvoir monter sur scène avec John et Eduardo, nous prenions enfin place sous les applaudissements des spectateurs. Ce soir nous allions tout oublier, nos différents comme nos avenirs personnels. Nous étions les Vocal Shivers, et on allait renouer avec notre public. Nous avions encore ce soir, nous avions encore ce soir.
- Mesdames et messieurs, les Vocal Shivers ! annonça Elisabeth au micro avant de me laisser la place sur l'avant-scène
Sous les applaudissements du public, nous commencions à jouer tous ensemble, Eduardo et Elisabeth faisaient crier leurs guitares et John se mettait déjà au boulot à la batterie. Il nous fallait une musique puissante dès le début pour commencer, une musique qui ferait passer un message à notre public pour leur montrer qu'on était de retour, bien décidés à tout péter. Ce soir-là, je me lâcherai plus que jamais sur scène.

Never coming down lyrics:
 


  On enchaîna reprise sur reprise du groupe phare qui avait fait la BO d'If i Stay. Après Never Coming Down, on reprit I want what you have puis pour changer de répertoire, on joua même Boulevard of Broken Dreams, de Green day, et d'autres titres de rock jusqu'au moment que j'attendais le plus de la soirée. Le groupe et moi n'avions fait que quelques pauses pendant quatre heures de spectacle. Le morceau final serait mon solo à la guitare comme à la voix. Lorsque vous faîtes sauter le public sur place pendant quatre heures, croyez-moi eux aussi ils voudraient bien se poser et rester en place pour le final. C'était à moi que revenait cette tâche ingrate. Et puis comme l'avait dit Elisabeth durant les répétitions..
- Toute façon une reprise à la guitare acoustique et une chanson aussi délicate y a que toi qui peut l'interpréter Aaron.
Cette remarque fut mal digérée par John, mais j'laisserai personne d'autre chanter cette chanson. Je me retrouvai alors seul sur scène, seul avec ma Maya, face à un public prêt à s'émouvoir suite à l'annonce qu'avait fait Elisabeth avant mon solo.
- Allez Aaron ! Wouuuuuhouuuu !cria la voix de Roy loin derrière la foule
- On t'aime Aaron ! reprit immédiatement celle de Loïs
Grâce à eux, les applaudissements se levèrent un à un lorsque je m'assis sur le petit tabouret qu'on m'avait fait apporter. Je posa Maya sur mes cuisses et vérifiai rapidement qu'elle était bien accordée, tout en jetant des petits regards vers le public.
- Vous êtes fatigué ?
" OUIIII "
- Moi aussi.
Des rires fusèrent un peu partout, je souriai aux spectateurs. Au premier rang se tenaient quelques lycéennes, presque sur la scène tant elles me fixaient intensément. L'une d'elle, la blonde, me fit un petit clin d'oeil. Pas l'temps pour ça Aaron, on se concentre sur la chanson. Je détournai juste le regard, l'abaissant vers Maya et je commençai mes arpèges sur l'une des plus belles chansons jamais écrites.

Lien audio:
 

Hallelujah Lyrics:
 

  Je finis sans même toucher ma guitare, concentré sur la note que je devais tenir. Et lorsque je me tus et que je levai les yeux vers la foule, je vis des dizaines de personnes tenir leur téléphone en l'air pour s'accorder avec l'ambiance, d'autres déjà en train d'applaudir, certains pleuraient même. Ils explosèrent tous et applaudirent en choeur, faisant trembler les verres et les pichets de bière sur les tables. Le spectacle était fini, mais la fête venait de commencer.


Code by Joy




" Je chante comme si, sous les paroles de la chanson, était enfouie une carte routière musicale m'indiquant où je dois aller et le moyen d'y parvenir "

Autrefois Austin Hope
Revenir en haut Aller en bas
Aaron J. Adams
ARTISTE
ARTISTE
avatar

Messages : 1256
Players depuis : 29/06/2013

Feuille RPG
Niveau:
3/15  (3/15)
Age: 20
Popularité:
8/200  (8/200)

MessageSujet: Re: Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?   Sam 23 Juil - 0:44

L'intérêt du corps ou de l'art ( 2 )


« Music should strike fire from the heart of man, and bring tears from the eyes of woman » Ludwig van Beethoven





  Ma gueule de bois dura toute la journée de dimanche. C'est ça d'boire avec le groupe, ses potes et ses fans jusqu'à l'aube ! A la surprise générale, Becky nous avaient laissé faire ce qu'on voulait pendant toute la soirée et l'ambiance après le spectacle des Vocal Shivers n'était pas retombée. Même Loïs et Mark s'étaient lâchés et avaient fait un karaoké sur I had the time of my life, et Roy avait laissé son tablier qui lui allait si bien pour danser avec Judith. La soirée avait été fantastique, on aurait dit que nous étions tous membre de la même famille, une famille grande et soudée. Le lendemain le réveil se fit à dix-huit heures et je n'arrivais même plus à me rappeler que Roy m'avait ramené jusqu'à chez moi grâce à sa camionnette. J'avais dû supporter les jérémiades de Loïs pendant tout le trajet pendant qu'Eugène regardait la scène de torture.
- Pourquoi tu fais plus attention à ces salopes Aaron ? Elles sont pas tes plus grandes fan ! Moi j'le suis ! Ecoute moi Aaron !
  Ça, c'est ce qui sortait de la bouche de Loïs entre deux phases de vomis. J'voulais même pas voir la tête que ferait Roy en nettoyant sa camionnette et en trouvant des morceaux de pizzas ou de tomates dans sa benne.

  Comme après chaque beuverie ou fête un peu trop arrosée, la bande s'était donné rendez-vous au Williamette Heaven. Après avoir dormit toute la journée de dimanche, croyez moi que sentir la douce brise matinale et voir la lueur du soleil caressait sa peau étaient les meilleures sensations que la vie avait à vous offrir. L'odeur fraîche qu'avait laissé la pluie était un véritable délice pour les narines quand vous aviez dû respirer du vomi de pizzas et de bière mélangées on ne sait trop comment à de la patte à dent. J'suis sûr que c'était du God's toothpaste en plus. J'entrai donc dans le Williamette Heaven, le meilleur café du centre-ville d'Eugene, et je retirai ma veste tout en ébouriffant mes cheveux à peine secs. A tous les coups, Loïs ou Eugène allaient encore annoncer mon arrivée pour tout le café.
- Hé.. Fais moins de bruit s'teuplaît Aaron.. fit Eugène, accoudé à la table et les yeux plissés
J'avançai vers eux pour mieux les voir : ils étaient tous là. Même Roy, qui à cette heure là était normalement encore dans son pieu, s'était levé tôt. Mais ils n'avaient pas dû récupérer aussi bien que moi.
- Je t'interdis de nous traiter de zombies ou de quoi que ce soit de laid et au visage difforme et ridé, marmonna Judith en gardant sa tête posée sur la table, t'as pas l'droit de nous juger..
Je souris pour toute réponse, avant de me rappeler qu'on était lundi matin.
- Vous auriez pas dû vous lever aussi tôt pour être aussi fatigué, vous avez cours dans deux heures non ?
- Ouais.. Mais t'en fais pas, on est en train de se doper à la caféine, répondit Loïs en levant sa tasse de café toute chaude, on a déjà avalé trois tasses chacun là.
Ce ne fut que lorsqu'elle me sourit que je me rendis compte qu'elle n'était pas maquillée. Son état devait vraiment être critique..
- Trois tasses, et on est arrivé il y a même pas une demie-heure.. reprit Mark en se frottant les yeux sous ses lunettes

  Quelques ricanements s'échappèrent de notre groupe. Je balayais du regard le café et ses clients : Quelques vieux qui n'étaient pas rentrés pour décuver, comme d'hab, Becky en train de gueuler sur un serveur qui avait fait tomber une cafetière sur le caniche d'une vieille dame qui s'offusquait, une actrice célèbre dans une série mondialement connue, deux autres lycéens.. Attendez ?!
- Hé les gars, la fille à la table 7 elle vous dit pas quelque chose ? dis-je au groupe tout en m'asseyant à côté d'Eugène
- C'est où la table 7 ? demanda Roy en relevant la tête vers moi
- Là où y a un grand 7, pauvre crétin ! répliqua Loïs
- Regardez discrètement, elle est avec un gros en costard.
- Ok ! firent-ils tous ensemble
Eugène se leva et s'appuya sur mes épaules pour mieux voir, se tournant complètement vers le fond du café et donc vers la table 7. Mark se leva complètement et se mit à genoux sur la banquette pendant que Judith se pencha au dessus de Roy qui regardait par dessous notre table. Loïs semblait s'en ficher totalement.
- Wouaaaaah,  en tout cas elle est pas mal ! remarqua Roy d'un ton malicieux. Mais j'l'ai jamais vu dans l'coin, et vous ?
- C'est pas celle qui joue dans-
- Oui Eugène c'est elle, coupa Mark, dans la série que tout le monde regarde.
- Elle jouait, reprit Eugène en accentuant son imparfait, elle est morte comme une pourriture, elle l'a bien mérité !
- On s'calme les gars, c'est qu'un personnage, elle a l'air gentille vous trouvez pas ? dit Judith avec calme
- Elle regarde par là ! s'exclama Roy

  On se remit tous en place en faisant crisser les pieds de la table et en tapant dans le bois des banquettes, en dessous du cuir sous nos fesses. Niveau discrétion y a pas à dire, on était les pires. Roy continuait à jeter des coups d'oeil furtifs en prétextant de ramasser une pièce de monnaie qu'il faisait tomber part terre toute les trente secondes.
- Elle est franchement bonne, vous croyez que c'est son père avec elle ?
- J'espère pas pour toi. répondit Loïs avec une once de mépris dans la voix. Ca risquerait de t'engager sérieusement avec une fille !
On éclata tous de rire. Roy n'avait jamais été fait pour les histoires d'amour, ou du moins personne ne les vivaient comme lui il le faisait.
- Arrête je tiens mes engagements dans mes couples ! répliqua-t-il avec étonnement
- C'est ça, la dernière fille qui a essayé de te présenter à ses parents tu l'as largué sur le pas de la porte de sa maison, mec. sortit Eugène avec un sourire taquin
- Mais c'pas de ma faute ils avaient un tableau de Prince dans le salon ! Je l'ai vu depuis l'entrée j'me suis tiré ! Personne me fera écouter du Prince !
On s'esclaffa de plus belle, tant et si bien que quelques têtes se tournèrent vers nous.
- Oh merde ils arrivent ! s'interrompit Roy en regardant au dessus de ma tête
- Qui ça ?
- Les Men In Black !
Vint alors le pire abandon que la bande ne m'avait jamais fait. Loïs fit mine d'observer ses ongles comme s'il s'agissait de joyaux, Judith se lança dans une discussion intense avec Roy, Mark sortit son téléphone et sembla se concentrer dessus, tant qu'on pouvait croire que le rouquin avait le cerveau roussi, et Eugène sortit en vitesse ses écouteurs sans même les brancher. L'actrice se présenta alors devant moi, accompagné de l'homme enrobé en costard cravate. Pas drôle ta blague Roy.

- Bonjour. fit-elle d'une petite voix, en me tirant un sourire
Elle faisait la taille du Man in Black à côté d'elle : environ un mètre soixante-quinze ; ses cheveux bruns étaient attachés en une queue de cheval et surplombaient son manteau noir. Elle avait tout pour plaire, une Loïs 2.0 avec un peu plus de classe, et sans doute plus d'expérience. Mais qu'est-ce-qu'elle me voulait ?
- Euh.. Salut, répondis-je en saluant d'un hochement de tête l'homme à côté d'elle, on se connait ?
- Non, répliqua-t-elle en secouant la tête, j'étais là samedi soir à votre show, toi et ton groupe..
Ah, encore une jeune fan qui croyait que le monde se résumait à trois guitares et une basse ? Tant pis, j'allais lui dire que je ne signais pas d'autographe et que je n'étais pas intéressé. Dommage, elle était mignonne.
- J'ai beaucoup aimé ton solo, reprit-elle au moment où j'ouvris la bouche, tu es très doué. On peut parler à l'extérieur, s'il te plaît ?
Bon, pourquoi pas, écoutons ce qu'elle a à nous dire, tant que je me fais pas flashouiller. Elle sortit en première, pendant que j'emboîtai le pas de l'homme un peu enrobé. C'est lui qui prit la parole.
- Je vais être direct. Vous devez connaître ma cliente ? Je suis son agent et vous lui avez tapé dans l'oeil samedi soir. Nous souhaiterions vous proposer une collaboration sur votre prochain single. Elle souhaite se reconvertir dans le milieu de la chanson, vous êtes en train de percer sur les réseaux sociaux et elle est déjà pas mal connue. Vous avez tous les deux à y gagner.

  Il y eut un blanc pendant quelques secondes qui paraissaient plutôt comme plusieurs heures sur le moment. Je regardai successivement la fille, puis son agent. Mon regard vint se perdit en direction du Williamette Heaven. La bande entière me fixait, et fit volte-face lorsqu'ils virent que je les avaient remarqués. Un sourire se dessina sur mon visage malgré moi, et je répondis sans réfléchir.
- C'est d'accord.

Code by Joy




" Je chante comme si, sous les paroles de la chanson, était enfouie une carte routière musicale m'indiquant où je dois aller et le moyen d'y parvenir "

Autrefois Austin Hope
Revenir en haut Aller en bas
Aaron J. Adams
ARTISTE
ARTISTE
avatar

Messages : 1256
Players depuis : 29/06/2013

Feuille RPG
Niveau:
3/15  (3/15)
Age: 20
Popularité:
8/200  (8/200)

MessageSujet: Re: Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?   Jeu 28 Juil - 2:58

J'accepte la relation, vous pouvez lock et lancer le projet pour le single !




" Je chante comme si, sous les paroles de la chanson, était enfouie une carte routière musicale m'indiquant où je dois aller et le moyen d'y parvenir "

Autrefois Austin Hope
Revenir en haut Aller en bas
Kamilia Matisse
FONDATEUR
FONDATEUR
avatar

Messages : 19209
Players depuis : 05/09/2014

Feuille RPG
Niveau:
7/15  (7/15)
Age: 24
Popularité:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?   Dim 31 Juil - 10:00

Relation validée !
+2 d'exp, le projet suivra dans les jours prochains.





Multi-compte : Karin Meier
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aaron J Adams • L'intérêt du corps ou de l'art ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The third temptation [Aaron]
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» Aaron Ekblad
» Tom Adams [Validée]
» Aaron Howell [REPRIS] ~ Gryffondor (7e année)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Players, forum RPG :: •Gestion Players :: Interactions clôturées-
Sauter vers: